L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

« Une sélection des meilleures expositions en France »

Expo en France

Bâtisseurs chimériques : Robert Doisneau/Simone Fattal

Depuis que Frédéric Legros, pendant plusieurs années collaborateur de Chiara Parisi au centre de Vassivière, mais aussi ancien curateur à la Monnaie de Paris et commissaire indépendant, a pris la direction artistique du Palais idéal du facteur Cheval en 2019 (voir reportage https://www.lagoradesarts.fr/-Palais-ideal-du-facteur-Cheval-.html), la création contemporaine et l’art moderne s’amusent à tisser des correspondances avec l’édifice fantastique du facteur démiurge.
Pour cette première exposition d’après le confinement, le « maître » du Palais a convoqué trois artistes, le photographe Robert Doisneau (1912-1994) et Simone Fattal (née en 1942), réunis en « Bâtisseurs chimériques » dans l’espace muséographique près du Palais, et Sarah Pucci (1902-1996) dont les objets ornés « faits avec amour pour Dorothy », sa fille l’artiste Dorothy lannone (née en 1933), sont exposés dans la Villa Alicius, maison du facteur Cheval baptisée du nom de sa fille Alice morte à 15 ans.

Les deux séries de photos de Doisneau, un reportage en noir et blanc de 1953 et une série « touristique » en couleur des années soixante-dix, ont été retrouvées et exhumées pendant le confinement, ce qui a donné l’idée à Frédéric Legros de les confronter aux sculptures mythologico-fantastiques de Simone Fattal, où dialoguent par exemple les trois « Warrior », guerriers fantastiques en grès, et les trois Géants de la façade est du Palais devant lesquels une petite fille des années soixante-dix passe tête baissée… Cette exposition donne à voir à travers les photos de Doisneau l’évolution du Palais au fil du temps, de son caractère sauvage à son appropriation touristique, mais aussi sa fantasmagorie perpétuelle à travers les sculptures d’outre-monde de Fattal. Comme sorties de terre à l’image du Palais créé du néant.
On pourra être séduit par les objets de perle et de paillette créés par Sarah Pucci pour sa fille Dorothy Iannone malgré un aspect plutôt kitsch. Selon le commissaire de l’exposition, ces objets ornés ont leur raison d’être dans l’environnement du Palais idéal. Il rapproche les travaux de Cheval et de Pucci « car alors que le Palais idéal abrite animaux exotiques, pèlerins et petit génie, le travail de Sarah Pucci, chargé en petits reliefs et couleurs vives, peut aussi faire croire à un microcosme merveilleux empli d’amour et de magie. » Quoi qu’il en soit, ces expositions temporaires enrichissent la visite du Palais idéal, ouvrant d’autres voies aux rêves. La prochaine exposition, en 2021, devrait s’appuyer sur des œuvres de Giacometti, notamment « Le Palais à 4 h du matin ».

Jean-Michel Masqué

Visuels : Robert Doisneau, Sans Titre (Les Trois géants du Palais Idéal du Facteur Cheval) Années 70 © Robert Doisneau.
Simone Fattal, Warrior III, 2011.Grès tiré dans un four à bois. Base métal, 114 x 60 x 40 cm. © François Fernandez.

Archives des expos en France
spacer


Du 19 septembre 2020 au 17 janvier 2021
Palais idéal du facteur Cheval
8, rue du Palais à Hauterives (Drôme)
04 75 68 81 19
Plein tarif : 8 €
www.facteurcheval.com