L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

"Une sélection des meilleures expositions en France"

Expo en France

CharlElie Couture. Passages

Depuis toujours, l’étudiant de l’École nationale supérieure d’art et de design de Nancy a eu plusieurs cordes à son art. CharlElie Couture (né le 26 février 1956) appelle ça au choix « l’Art total » ou le « multisme ». Et il le prouve encore en ce début 2019 avec la sortie de son vingt-deuxième album studio « Même pas sommeil », de « La Mécanique du ciel, 50 poèmes inchantables » (éd. Castor Astral), un recueil de textes qui courent de 1973 à 2017, le lancement d’une tournée française de trois mois et l’exposition « Passages » au musée Paul-Valéry de Sète !

À Sète, celui qui s’estime « beaucoup plus un peintre qui chante qu’un chanteur qui peint » nous invite à emprunter les « Passages » de New-York, la ville où il a vécu continûment de 2003 à 2017. En effet, malgré plusieurs expositions à travers l’Europe avant cette période, CharlElie a notamment choisi l’exil américain pour se sentir plus libre et plus anonyme de poursuivre dans sa voie plasticienne et échapper aux étiquettes qui collent si fortement aux créateurs dans notre pays… Voilà ce qu’il disait en 2008 dans « Le Monde » (2/08/2008) : « Quand j’étais en France, j’étais ni-ni. Ni un chanteur, parce que je me réclamais du monde des arts visuels, ni pris au sérieux par ce monde. Et à New York, du ni-ni, je suis passé au et-et ».
Les vingt-sept œuvres accrochées dans deux salles au cœur des espaces d’exposition du musée sétois jouent sur les lignes verticales et horizontales (gratte-ciels, passages piétons) d’un univers urbain saturé, d’apparence ordonnée mais toujours en mouvement. Souvent, le peintre y superpose des silhouettes, des mots et des phrases comme des graffs. Il y exprime les relations entre monde extérieur et monde intérieur, « les paradoxes de l’apparence et de l’intériorité », ce qui laisse des traces et des empreintes jusqu’à la perte de repères, à l’effacement inéluctable. L’artiste précise d’ailleurs qu’il s’inspire des théories du reflet (Out/In) et de l’empreinte (In/Out). Le monde urbain est aussi pour lui l’espace des rencontres et des métamorphoses.

Même s’il s’avère vrai que la pluralité des disciplines artistiques pratiquées par CharlElie (peinture, photographie, musique, poésie) - et sa thèse de fin d’études ne portait-elle pas sur la « polymorphie de l’esprit » - fonde son unicité d’artiste, on peut continuer à préférer le blues-rock de ses chansons, très souvent émouvantes et évocatrices, à l’hyperréalisme mâtiné de symbolisme de ses toiles. Il faut lui reconnaître une opiniâtreté qui va de pair avec une extrême sensibilité et une curiosité insatiable pour le monde et les hommes. « Suivre sa ligne c’est obéir à sa foi. Rester fidèle à ses convictions et tenter d’atteindre la lumière qui transparaît entre les verticalités des gratte-ciels et buildings de toutes sortes. C’est peut-être à cela que ressemble ma mission sur terre. Le temps de mon passage », écrit-il dans le catalogue de l’exposition (éd. midi-pyrénéennes, 20 €). L’artiste ChalElie Couture est à découvrir sous toutes ses facettes.

Jean-Michel Masqué

Visuels page expo : Portrait de CharlElie Couture. Photo © Anne Sophie - Benoît de Rous.
CharlElie, Drag Your Life, 2016. Acrylique et technique mixte sur toile. Dim. 152 x 142 cm
Photo © CharlElie Couture
Visuel page d’accueil et vignette : CharlElie, Mantegna, 2015. Acrylique et technique mixte sur carton marouflé sur bois. Dim. 100 x 100 cm. Photo © CharlElie Couture.

Archives des expos en France
spacer


Du 16 février au 28 avril 2019
Musée Paul-Valéry de Sète (34)
Jusqu’au 31 mars, tous les jours sauf lundi de 10h à 18h
Du 1er au 28 avril, tous les jours de 9h30 à 19h
Plein tarif : 6,20 €
Tél. 04 99 04 76 16
www.museepaulvalery-sete.fr