Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos en France > Archives expo en France > CoBrA, sous le regard d’un passionné > CoBrA, sous le regard d’un passionné

CoBrA, sous le regard d’un passionné

samedi 17 novembre 2012

Du 20 octobre 2012 au 3 mars 2013
LAAC - 59140 Dunkerque
Tarif plein : 4,50€
Billet commun avec le musée des Beaux-Arts
Tous les jours, sauf lundi, de 10h à 12h15 et de 14h à 18h
Tél. 03 28 29 56 00
www.musenor.com

Une grande partie de la collection du LAAC, musée d’art contemporain de Dunkerque, est issue de la passion de Gilbert Delaine. Autodidacte « tombé dans le chaudron » de l’art, il usait d’un système original d’acquisition avec l’association L’Art contemporain qu’il créa en 1974 : pour une œuvre achetée, l’artiste en donnait une autre. Ceci lui permet d’offrir en 1981 à Dunkerque près de 600 œuvres. Trente années après l’édification du LAAC, une Carte blanche est proposée à ce passionné de 80 ans avec son coup de cœur de collectionneur : CoBrA.
Créé le 8 novembre 1948, à Paris, dans l’arrière-café du Notre-Dame-Hôtel, autour du peintre et poète belge Christian Dotremont, de l’artiste danois Asger Jorn, des Néerlandais Karel Appel, Constant et Corneille ainsi que de l’écrivain belge Joseph Noiret, le groupe CoBrA est rejoint par Alechinsky en mars 1949 (seul encore vivant et largement représenté dans l’exposition). Tous revendiquent une totale liberté de création, dénoncent l’abstraction, refusent toute théorie et prônent un art expérimental et spontané. C’est Dotremont qui imagine le nom de CoBrA - acronyme des premières lettres de Copenhague, Bruxelles et Amsterdam - une façon pour ces artistes de ne plus considérer Paris comme le seul lieu de la création artistique. Les éditions CoBrA Bruxelles créées par Dotremont, diffusent l’esprit du groupe. L’art populaire et les dessins d’enfants marquent tout particulièrement le travail de Corneille, Appel et Constant, ce dernier comparant son bestiaire magique à « un cri, un animal et un homme ». Karel Appel, pour remercier Gilbert Delaine de l’avoir soutenu alors qu’il était dans la misère, offrira au LAAC les 17 sculptures en contreplaqué peint d’Appel Circus et les 30 bois gravés de Cirque miroir du monde (1978). Autour de la grande figure d’Asger Jorn gravitent bientôt d’autres peintres danois : Henry Heerup inspiré par l’art populaire des fresques des églises scandinaves, Carl-Henning Pedersen et ses animaux fabuleux jaillissant d’une touche rapide, Egill Jacobsen au colorisme spontané. Dotremont, fédère autour de lui des artistes belges comme Louis Van Lint, Pol Bury, Raoul Ubac. Fin 1949, CoBrA devient le Front international des artistes expérimentaux d’avant-garde, marquant sa volonté d’unir tous les artistes partageant les mêmes idées. Jean-Michel Atlan (1913-1960) et Jacques Doucet (1924-1994), les deux représentants français, nourrissent leur gestuelle de magie, d’enfance et d’influences de Klee et de Miró. La peinture du britannique Stephen Gilbert se peuple d’oiseaux fantastiques. Dotremont qualifie celle de l’islandais Svavar Gudnason, le plus nordique des CoBrA, de « fiord de couleurs ». Quant au sculpteur américain d’origine japonaise Shinkichi Tajiri, entre 1949 et 1951 il crée à Paris sur les quais de la Seine des « sculptures d’un jour ». Las, l’aventure CoBrA ne fera pas long feu. La dissolution du groupe est annoncée en novembre 1951, après la deuxième grande exposition organisée à Liège par Alechinsky.
À travers plus de 200 œuvres et documents, l’exposition retrace la courte vie de ce groupe néo-expressionniste dans le contexte du lendemain de la Seconde Guerre mondiale, mais témoigne aussi de sa créativité et de la survivance de son esprit chez ses membres dans les années qui suivirent. Dans ce lieu atypique qu’est le Lieu d’Art et d’Action Contemporaine de Dunkerque, construit en forme d’étoile et aux salles ouvertes, l’accrochage pensé par Gilbert Delaine assisté de Victor Vanoosten restitue la dynamique de la première grande exposition collective organisée par L’International des artistes expérimentaux, en novembre 1949, au Stedelijk Museum d’Amsterdam où les œuvres éparpillées sur les murs et la lecture par Dotremont du Grand rendez-vous naturel firent scandale.

Gilles Kraemer

Karel Appel, Jeune garçon, 1950. Huile sur toile, 110 x 50 cm. Collection Ellen et Jan Nieuwenhuizen Segaar ©Droits réservés © ADAGP Paris 2012