L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

"Une sélection des meilleures expositions à voir actuellement à Paris et en Ile de France"

Expo à Paris

Collections Privées : un voyage des Impressionnistes aux Fauves

Depuis les donations des familles Monet ou Morisot au siècle dernier, le Musée Marmottan a lié d’étroites relations avec des collectionneurs amoureux de l’Impressionnisme. Il peut donc, lors d’une nouvelle exposition, solliciter des prêts ou s’en voir offrir. Résultat pour “Collections Privées” : une trentaine de collectionneurs – la plupart anonymes - ont prêté une centaine d’œuvres, souvent inconnues du grand public.

Même mise en scène sobre mais efficace que pour les précédentes expositions pour passer de la lumière impressionniste aux couleurs des Fauves. Les œuvres se succèdent sur trois décennies, chacune amenant à la suivante, et révélant ce qui l’en rapproche ou ce qui l’en sépare. La première partie de l’exposition s’articule autour du Pont de l’Europe, 1876, de Caillebotte, moins réaliste qu’il n’apparaît si l’on veut bien croire les techniques contemporaines de modélisation. La Berge du Petit Gennevilliers et la Seine, 1890, du même artiste, exhibe les caractéristiques de l’Impressionnisme : le plein air, l’eau et ses reflets, la touche du pinceau enlevée, tout comme les toiles de Monet qui, bien que déjà propriétaire de Giverny, ne s’en inspire pas encore, mais voyage et peint ses souvenirs de Belle-Ile ou de la Riviera Italienne (Villas à Bordighera,1884). On s’arrêtera devant ses Chrysanthèmes rouges, 1880, lumineux, juxtaposant les verts et les rouges (couleurs complémentaires) jamais exposé depuis 1882. Un thème rare puisqu’on ne compte qu’une quarantaine de bouquets dans son œuvre de plus de 2 000 toiles.

Couleur et lumière relient les Impressionnistes aux Néo-Impressionnistes (Monet refusera toutefois d’exposer à leurs côtés), mais au travail de plein air, à la touche rapide des Impressionnistes s’opposent la peinture en atelier, la touche minutieusement choisie et apposée, le travail de longue haleine. Si les études en noir et blanc de Seurat peuvent être vues comme des études chromatiques, Signac (La Seine à Courbevoie, 1885) et Van Rysselberghe (La Régate, 1892) sont convaincus par la division des tons que l’on s’étonne de retrouver, verticalisée et allongée, chez Van Gogh (Les Lauriers Roses, 1889).

Au fil des salles, on se rapproche des peintres de la couleur. La chemise, émouvante de réalisme, de La Blanchisseuse, 1886-1887 de Toulouse-Lautrec a un blanc aux nuances infinies. Les falaises roses sur mer bleu d’Emile Bernard, leurs formes simplifiées, cernées, leur perspective rabattue, posent une vraie pierre d’attente pour la découverte des Fauves. L’exposition se conclut en effet dans une explosion des couleurs des palettes de Picasso, Dufy et Vlaminck, ainsi qu’une œuvre tachiste surprenante de van Dongen, Le Boniment, 1905, qui fut la propriété de Felix Fénéon, père du vocable “néo-impressionnisme” et, pour ceux qui aiment les mots, des “nouvelles en trois lignes”.

L’exposition recèle d’autres surprises, mais cette sélection d’œuvres inconnues par des artistes ultra-connus ne manquera pas de séduire. Vous aurez l’impression d’avoir été convié chez un collectionneur accueillant.

Elisabeth Hopkins

Visuels : Gustave Caillebotte, Le Pont de l’Europe,1876. Huile sur toile, 125 x 180 cm. Genève, Association des Amis du Petit Palais. © Rheinisches Bildarchiv Köln, Michael Albers.
Vincent van Gogh, Les Lauriers roses. Le jardin à l’hôpital à Saint-Rémy, mai-juin 1889. Aquarelle et crayon sur papier, 61 x 47 cm. Mexico, Collection Pérez Simón
© Arturo Piera.
Henri Matisse, Fenêtre ouverte sur la mer à Étretat, 1920-1921. Huile sur toile, 46 x 38 cm. Collection particulière, prêté par l’intermédiaire de la Galerie Bernheim-Jeune à Paris. © Succession H. Matisse / Photo : Christian Baraja SLB.

Archives des expos à Paris
spacer


Du 13 septembre 2018 au 10 février 2019
Musée Marmottan-Monet
2 rue Louis-Boilly
75016 Paris
Ouvert du mardi au dimanche
De 10h à 18h
Nocturne le jeudi jusqu’à 21h
Fermé le lundi, le 25 décembre, le 1er janvier et le 1er mai
Entrée : 12 €
www.marmottan.fr