Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos en France > Archives expo en France > David Askevold. Expérimentation vidéo > David Askevold. Pionnier de l’expérimentation vidéo

David Askevold. Pionnier de l’expérimentation vidéo

dimanche 28 novembre 2010

Du 20 novembre au 13 février 2011
Le Consortium
16 rue Quentin
Tél. 03 80 68 45 55
www.leconsortium.com

Originaire du Montana, aux États-Unis, David Askevold (1940-2008) a été un pionnier de l’expérimentation vidéo, sonore, textuelle ou photographique. Anne Pontégnie a été invitée par le Consortium à rassembler une quinzaine d’œuvres qu’elle juge essentielles dans le parcours de cet artiste qui a essentiellement vécu à Halifax où, au début des années 70, son enseignement expérimental au Nova Scotia College of Art and Design, et notamment sa Project Class a joué un rôle essentiel dans l’histoire de l’art conceptuel.
Trois installations majeures ont été reconstituées pour structurer l’exposition : Kepler’s Music of the Spheres (1971-1973), Delville’s visit (1981), Two Hanks (2002) et une collaboration avec Tony Oursler (achevée par Tony Oursler après la mort d’Askevold). Autour d’elles, trois installations photographiques : The Ambit (1975-1976),Ten States in the West (1978-1979), Poltergeist and Two Dreamers (with Mike Kelley) (1979). Ces œuvres visuelles et sonores, réalisées entre 1970 et 2008, illustrent la capacité de David Askevold à détourner les objets et les supports de l’expression artistique (installations ludiques, vidéos expérimentales et séries photographiques décousues). Parfois déroutante, cette exposition est une invitation à découvrir les failles et dysfonctionnements de la conscience et de l’esprit. Pour cela, l’artiste joue avec les reflets et les surexpositions photographiques, les distorsions sonores, les installations psychédéliques ou les étranges combinaisons lexicales et propose ainsi une sorte d’approche délirante du délire. Des films, dessins et éditions complètent l’exposition et permettent de découvrir en profondeur l’oeuvre de cet « artiste complexe, émouvant, influent, mais méconnu », témoigne Anne Pontégnie.