Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos à Paris > Archives expo à Paris > De Bosch à Bloemaert : dessins néerlandais des XVe et XVIe siècles > De Bosch à Bloemaert

De Bosch à Bloemaert

mercredi 26 mars 2014

Du 22 mars au 22 juin 2014
Fondation Custodia
121, rue de Lille - Paris 75007
Tous les jours sauf le lundi, de 12h à 18h
Plein tarif : 6€
Tél. +33 (0)1 47 05 75 19
www.fondationcustodia.fr

 

- À lire : Catalogue illustré, 298 pages, Fondation Custodia & Editions Thoth, Bussum, 2014.
En vente à la Fondation : 39,90€.

La Fondation Custodia abrite les collections exceptionnelles constituées par Frits Lugt (1884-1970) au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, notamment 7 000 dessins du XVe siècle au milieu du XIXe siècle, appartenant aux grandes écoles artistiques d’Europe occidentale et 30 000 gravures. Ayant repris les locaux de l’Hôtel Lévis-Mirepoix, depuis la fermeture le 1er janvier 2014 de l’Institut Néerlandais qui l’occupait, la Fondation Custodia s’est engagée à organiser deux à trois expositions par an, en mettant plus particulièrement l’accent sur les arts graphiques que prisait tant Frits Lugt, notamment les dessins croqués sur le vif.

Première exposition sous l’égide de la Fondation Custodia, cette présentation d’une partie de la collection de dessins anciens du Museum Boijmans Van Beuningen de Rotterdam est une première en France. De Jérôme Bosch à Pieter Bruegel et Abraham Bloemaert, 142 des plus importants dessins du musée de Rotterdam, qui possède l’une des plus riches collections de dessins néerlandais des XVe et XVIe siècles, sont présentés avec en tête d’affiche Le Nid de hiboux, une très rare et remarquable feuille de Jérôme Bosch (assurée pour 20 millions d’euros !). Cette étude d’après nature montre trois hiboux qui reviennent au nid avec des détails d’une incroyable finesse comme l’écorce de l’arbre, les autres oiseaux alentours, la toile d’araignée et ce paysage dans le lointain avec un petit village, un moulin… et peut-être l’esquisse d’un gibet (en bas à gauche du dessin) ; ajoutant alors une portée allégorique à ce portrait d’un rapace nocturne déjà porteur d’une symbolique de mauvais présage et de mort. Sans doute l’un des dessins les plus importants de Bosch qui en a produit neuf, dont deux sont exposés dans l’exposition De Bosch à Bloemaert : Dessins néerlandais des XVe et XVIe siècles du Museum Boijmans Van Beuningen de Rotterdam.

D’autres artistes sont à l’honneur dans le parcours thématique qui ouvre avec les études de la nature, puis les figures, les paysages, l’étude de draperies, les scènes fantastiques… et nous mène du bas Moyen Âge jusqu’à l’Aube du Siècle d’Or, soit de 1460 à 1620. Bien sûr Pieter Bruegel l’Ancien, considéré aux côtés de Bosch et de Van Eyck comme l’une des plus grandes figures de la peinture flamande et dont on connait soixante dessins. Six réalisés entre 1552 et 1562 sont dans l’exposition, dont un fascinant Paysage de montagne avec une caravane de mulets, élaboré avec un jeu impressionnant de hachures, de points et de traits et un bel effet de perspective. Hans Bol, artiste de la Renaissance flamande particulièrement reconnu pour ses dessins délicats, qui fut comme paysagiste le successeur principal de Pieter Bruegel est présent avec ses dessins ronds des douze mois de l’année, conçus comme un calendrier médiéval scandé par les travaux des champs. On peut voir aussi des œuvres de Jan van Eyck, Rogier van der Weyden, Lucas van Leyden, Maarten van Heemskerck, Hendrick Goltzius, Jacques de Gheyn, Joos de Momper et Abraham Bloemaert qui a réalisé de nombreuses études de figures pour préparer ses peintures ou se constituer un répertoire de modèles. Exemple ici avec ces deux études d’une jeune femme (avec et sans coiffe) à la pierre noire et sanguine rehaussé de blanc. Un dessin pouvant provenir d’un carnet d’esquisses comme semble l’indiquer la présence des autres motifs (jambes, torse de femme, buste d’homme) au verso.

En parallèle de cette exposition qui occupe le premier étage de l’immeuble du 121 rue de Lille, une deuxième exposition, Dialogues : Dessins de la Fondation Custodia et du Museum Boijmans Van Beuningen se tient aux mêmes dates dans les salles du sous-sol du bâtiment. Un parcours en 40 dessins comparés, soit 80 au total qui dialoguent par leur sujet ou leur technique. Tel ce vigoureux face à face entre deux « dompteurs » de lions, celui de Cosmè Tura (Hercule et le lion de Nemée) avec celui de Stefano da Verona (Samson tuant le lion). Au fil de ces « duels », on croisera également Tiepolo, Carpaccio, Pontormo, Rubens, Rembrandt, Boucher, Fragonard, Watteau, Goya, Delacroix, Monet, Cézanne, Signac, Jongkind, Daumier ou Harpignies. Une belle galerie.

Catherine Rigollet

Visuel : Jheronimus Bosch, Le Nid de hiboux, vers 1505–15. Plume et encre brune, 141 x 197 mm . Museum Boijmans Van Beuningen, Rotterdam. (Collection Franz Koenigs), inv. N 175
Visuel page d’accueil : Abraham Bloemaert, Deux études de femme, c. 1595–1602. Pierre noire, sanguine et craie blanche, 202 x 247 mm. Museum Boijmans Van Beuningen, Rotterdam, inv. MB 336