L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

« Une sélection des meilleures expositions en France »

Expo en France

Delaperche (1771-1843). Un artiste face aux tourments de l’histoire

Quasi contemporain de Chateaubriand et de Bonaparte, Jean-Marie Delaperche (1771-1843) a fait beaucoup moins de bruit dans l’histoire…D’ailleurs, cet obscur Orléanais de naissance était quasiment inconnu, parce qu’il signait très rarement ses œuvres, jusqu’en 2017 lorsque quatre-vingt-onze de ses dessins sont redécouverts chez un marchand parisien et achetés en partie grâce à une souscription publique par le musée des Beaux-Arts d’Orléans.

Olivia Voisin, directrice des musées d’Orléans et commissaire de l’exposition, expliquait récemment cette incroyable résurrection artistique sur France Culture : « Avant la découverte de ses dessins, les quelques bribes d’informations que nous avions au sujet de Jean-Marie Delaperche ne laissaient pas du tout penser qu’il avait pu avoir une quelconque importance. Il est mentionné dans quelques répertoires de peintres de son vivant, mais sans autre précision qu’un ou deux portraits qu’il aurait exposés au salon. Mais, en grattant un peu, on réalise que la plupart du temps ses portraits ont été refusés. Il est donc rapide de penser que ce peintre n’a tout simplement pas marqué son temps et fait partie de ces centaines de milliers de peintres qui se lancent dans la carrière au début du XIXe siècle, sans grand succès. Jusqu’à la découverte de quatre-vingt-onze dessins extraordinaires, parmi les plus beaux de ce que l’on peut voir pour le début du XIXe siècle. Et quatre d’entre eux portait la signature de Jean-Marie Delaperche… »

À partir de cette acquisition, une équipe de chercheurs et experts s’est employée à reconstituer le parcours de cet artiste méconnu issu d’une famille elle-même vouée aux beaux-arts, sa mère Thérèse Laperche (1743-1814) portraitiste et son frère Constant (1780-1843) peintre et sculpteur. Une saga familiale d’Orléans à Moscou en passant par Paris, Caen, Reims ou la Roche-Guyon dans le tumulte des années de la Révolution et de l’Empire. Des destins hors du commun sortent de l’ombre, Jean-Marie Delaperche puisant dans sa vie tumultueuse et tragique (deux de ses fils meurent pendant la retraite de Russie) un art de dessiner allégorique, élégiaque ou historique, voire politique.

Cette exposition, déjà arrêtée lors du premier confinement, a dû de nouveau fermer ses portes fin octobre mais elle a été prolongée une fois encore jusqu’au 24 janvier 2021. Une aventure historique et artistique à découvrir absolument.

Jean-Michel Masqué

Visuels : Jean-Marie Delaperche, Le Naufrage, 1815. Crayon graphite, plume, encre et lavis d’encre métallogallique, lavis et rehauts de gouache blanche, rehauts de gomme arabique sur papier vergé lavé de bistre.
Jean-Marie Delaperche, Le Sage s’appuyant sur la vertu descend avec résignation dans la tombe, 1817. Crayon graphite, plume et encre noire, rehauts de gouache blanche sur papier vergé lavé de bistre.
© Orléans, musée des Beaux-Arts / photo Patrice Delatouche

Archives des expos en France
spacer


Du 1er février 2020 au 24 janvier 2021
Musée des Beaux-Arts d’Orléans (45)
1, rue Fernand-Rabier, Orléans (entrée place Saint-Croix)
Du mardi au samedi de 10h à 18h, nocturne le vendredi jusqu’à 20h
Dimanche de 13h à 18h
Plein tarif : 6 €
02 38 79 21 86
www.orleans-metropole.fr (rubrique culture/musée)