Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos à Paris > Archives expo à Paris > Elizabeth Garouste. Fantaisie > Elizabeth Garouste. Fantaisie

Elizabeth Garouste. Fantaisie

lundi 22 janvier 2018

Du 20 janvier au 16 mars 2018
Granville Gallery
23 rue du Départ – 75014
Du mercredi au samedi, 14h-19h
Entrée libre
Tél. 01 43 22 41 94
www.granvillegallery.org

Sans s’éloigner de l’univers onirique et baroque de ses précédentes Chimères exposées à la galerie Polad-Hardouin en novembre 2015., mais dans un esprit moins tourmenté, parfois même joyeux avec d’éclatants soleils riants sur des coussins de fauteuils, voire facétieux comme ces pichets ventrus et anthropomorphes en terre cuite très « picassiens », l’artiste-designer Elizabeth Garouste dévoile ses œuvres récentes à la Granville Gallery à Paris, invitée par les galeristes Catherine Melotte et Jean-Pierre Bruaire avec lesquels elle collabore depuis des années.

Cette designer reconnue depuis les années 1980, en duo jusqu’en 2002 avec le créateur Mattia Bonetti avec lequel elle renouvela les arts décoratifs français y présente une vingtaine de pièces uniques. Réalisées dans différents matériaux (terre cuite, métal, ou résine comme pour ces masques en bas-reliefs tout en rondeur), elles sont décorées de figures dessinées essentiellement en noir et blanc avec des rayures verticales, horizontales, obliques. Un peu à la manière du graphisme de l’Hourloupe de Jean Dubuffet. Un intérêt pour l’art brut qu’Elizabeth Garouste partage avec son mari le peintre et sculpteur Gérard Garouste, avec lequel elle a récemment exposé au château d’Hauterives, dans la Drôme, à deux pas du Palais idéal du Facteur Cheval. Le dessin – qu’elle dit automatique comme celui des artistes de l’art brut- reste d’ailleurs maître du jeu dans les créations d’Elizabeth Garouste.

À 71 ans, la designer continue de créer des objets et des pièces de mobilier (guéridons, miroirs, fauteuils, bougeoirs…), tout en s’évadant de plus en plus dans un imaginaire plein de fantaisies végétales, animales ou minérales, mais sans jamais totalement perdre de vue la fonctionnalité des choses, embrochant sans hésiter un poisson (en fer battu) pour en faire un pied de lampe.

Catherine Rigollet

Visuels : Elizabeth Garouste, bas-relief en résine © Gregory Copitet. Elizabeth Garouste, Bougeoir en métal © Gregory Copitet.