Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos à Paris > Archives expo à Paris > Gérard Fromanger. Le révolté > Gérard Fromanger. Le révolté

Gérard Fromanger. Le révolté

vendredi 19 février 2016

Du 17 février au 16 mai 2016
Centre Pompidou
Tous les jours, sauf le mardi
De 11h à 21h
Plein tarif : 14€
Tél. 01 44 78 12 33
www.centrepompidou.fr

Utilisant le report photo comme document de base pour ses peintures figuratives aux formes simplifiées et aux aplats de couleurs vives –avec une prédilection pour le rouge symbole de la vie et de la contestation-, Gérard Fromanger s’est fait depuis près de soixante ans, le témoin révolté de l’actualité politique et sociale.

Né en 1939, Fromanger qui a d’abord peint en gris des portraits influencés par l’œuvre de Giacometti, fonde son appartenance à la Figuration narrative et au photoréalisme avec Le Prince de Hombourg (1965), quintuple portrait de Gérard Philippe. Un tableau qui ouvre l’exposition au Centre Pompidou. Lors des événements de mai 68, il s’engage, notamment en collaborant à l’Atelier populaire de l’École des beaux-arts de Paris et fait symboliquement couler le rouge du drapeau français sur le blanc et le bleu. Comme le signe d’une résistance ou d’une dénonciation, le rouge va s’inscrire durablement dans ses œuvres sérielles, les passants également deviennent un motif récurrent, même réduits à l’état de silhouettes anonymes : manifestants de mai 68 ou passants du Boulevard des Italiens.

Dans la même veine picturale, Fromanger évoque la société de (sur)consommation, le monde hyper-connecté et hyper-médiatisé, les guerres, regroupant presque toutes ces thématiques dans son fameux De toutes les couleurs, peinture d’Histoire (1991-1992), une peinture monumentale (H.320 x L.920cm) réalisée à la suite de la guerre du golfe, et dans laquelle plus d’une cinquantaine d’images en vignettes s’entrechoquent, zébrées de connections électroniques. « Son Guernica », avance Michel Gauthier, commissaire de l’exposition.

En une cinquantaine d’œuvres, allant de 1957 à 2015, dans un parcours qui évite la chronologie pour privilégier les thématiques, sans omettre ses fameux portraits « en lignes » d’amis, dont les visages émergent d’un entrelacs de lignes de couleurs : Jacques (Prévert), Michel (Foucault), Gilles (Deleuze), Félix (Guattari) ou Jean-Luc (Godard), l’exposition présente les différentes expressions de l’art de Gérard Fromanger. Une œuvre ouverte sur le monde.

Catherine Rigollet

Visuels : Gérard Fromanger, Boulevard des Italiens, 1971, huile sur toile, Collection du Musée national d’histoire et d’art, Luxembourg. Série « Boulevard des Italiens ».
Comment dites-vous ?, 1974. Série « Annoncer la couleur ». Huile sur toile. Collection Mathieu, Paris. Photos : D.R / © L’Agora des Arts.