Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos à Paris > Archives expo à Paris > Inside > Inside

Inside

dimanche 2 novembre 2014, par cath

Du 20 octobre 2014 au 11 janvier 2015
Palais de Tokyo
13, av. du Président Wilson – 75116 Paris
De midi à minuit, tous les jours sauf le mardi
Tarif plein : 10€ (accès à toutes les expos)
www.palaisdetokyo.com

Exposition collective, Inside invite le visiteur à un voyage physique et psychique au travers d’une trentaine d’œuvres qui toutes -qu’on soit immergé dans les œuvres ou face à elles- convoquent nos sens, nos souvenirs, nos émotions, nous conduisant en nous-mêmes.

Départ dans le hall du Palais de Tokyo depuis un gigantesque cocon-labyrinthe, réalisé en scotch transparent, suspendu plusieurs mètres au-dessus du sol, et dans lequel on peut entrer en rampant. Rassurez-vous, aucune obligation de se glisser dans cette matrice protectrice imaginée par Numen / For Use, collectif constitué de Sven Jonke, Christoph Katzler et Nikola Radeljkovic. On peut la regarder d’en bas et imaginer la crainte ou l’amusement de ceux qui la parcourent.
Une fois passée la Forêt d’Eva Jospin, qui dissimule la véritable entrée du parcours, les œuvres se succèdent dans une odyssée qui alterne les effets plus ou moins spectaculaires et forcément ressentis différemment selon chacun.
On prendra le temps de regarder jusqu’à la fin la petite installation vidéo No Reason Why (2010) de l’artiste chinoise Hu Xiaoyuan (née en 1977) qui présente l’étrange et lente chorégraphie d’un cocon qui se déplace sur une table et dont l’éclosion semble imminente. Étroitement emballée dans un tissu, un corps se débat dans une longue performance sans issue, éclairant la frontière ténue entre protection et enfermement.
Les personnages de cire à échelle humaine d’Andro Wekua, artiste originaire de Géorgie, en ex-URSS, pays qu’il a dû fuir dans son enfance, semblent se protéger du monde extérieur en s’enfermant dans leur maison ou leurs pensées les plus intimes. À moins qu’ils ne soient contraints à cet enfermement.
Aucun visiteur ne peut résister longtemps au combat intérieur de l’Homme qui tousse (1969) de Christian Boltanski. En revanche, tout le monde s’attarde avec fascination devant Le refuge de Stéphane Thidet, une modeste cabane en bois, sommairement meublée, mais dans laquelle aucun randonneur ne pourra jamais venir se mettre à l’abri. Il y pleut à verse, signe que la maison n’est pas toujours le lieu idéal de protection ; le refuge est alors à trouver à l’extérieur, et peut-être en nous-mêmes. Autre maison, autre confrontation avec l’intériorité avec la vidéo de Reynold Reynolds & Patrick Jolley. Dans la cuisine, dans le salon et dans la chambre, un incendie consume tout sur son passage, tandis que les habitants absorbés par leurs activités quotidiennes ne semblent pas prêter attention au drame qui se déroule, paralysés par le déni.
On terminera cet aperçu de l’exposition Inside par (1981), illusion d’un cheminement à l’infini figeant le temps et l’espace créée par l’artiste brésilien Tunga, (né en 1952), architecte de formation, grand érudit et passionné d’alchimie, connu pour ses sculptures monumentales et ses installations mêlant divers médiums. Bon voyage.

Catherine Rigollet

Visuels : Vues de l’exposition Inside, Palais de Tokyo (20.10.14 – 11.01.15). Numen/For Use, Tape Paris, 2014. Photo André Morin.
Stéphane Thidet, Sans titre (Le Refuge), détail, 2007. Photo : André Morin.