Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos à Paris > Archives expo à Paris > Ken + Julia Yonetani. Un autre rêve > Ken + Julia Yonetani. Un autre rêve

Ken + Julia Yonetani. Un autre rêve

mardi 2 décembre 2014, par cath

Du 26 novembre 2014 au 30 août 2015
Abbaye de Maubuisson
Site d’art contemporain du Conseil général du Val d’Oise
Av. Richard de Tour - 95310 Saint-Ouen l’Aumône
En semaine, sauf mardi, de 13h à 18h
Week-end, de 14h à 18h
Entrée libre
Tél. 01 34 64 36 10
www.valdoise.fr/6444-l-abbaye-de-maubuisson-site-d-art-contemporao-.htm

Le sel et l’ouraline, ou verre d’uranium, sont les principaux matériaux qui composent les œuvres de Julia et Ken Yonetani, artistes australiens d’origine japonaise qui présentent leur première exposition personnelle en France à l’abbaye de Maubuisson.
On sait la volonté de l’abbaye d’établir un dialogue entre des œuvres contemporaines originales et les salles de l’abbaye cistercienne dans une démarche d’appropriation et de correspondance. « La dimension plastique et innovante des œuvres de ces artistes et leur engagement sur des questions environnementales justifie le choix de programmation de ces artistes à l’abbaye de Maubuisson, elle-même insérée dans un environnement naturel menacé », indique-t-on à l’abbaye.

Dès le hall, le très grand (plus de 2 mètres de haut) « lustre de raisins » (Grape Chandelier) impressionne par sa majestueuse incongruité, d’autant plus lorsque l’on apprend qu’il est fait de 5000 grains de sel moulés imitant des raisins. Comme pour toutes les pièces présentées dans l’exposition, ce lustre évoque à la fois le luxe et l’abondance mais aussi la fragilité d’un monde gangrené par la surproduction et la surconsommation, en l’occurrence ici la salinité excessive des sols et des eaux de la région australienne de la Murray River où le sel pour réaliser l’œuvre a été extrait.
The Five Senses (Les Cinq sens) dans la salle du parloir font référence aux « Allégories des cinq sens » (1617-1618) de Brueghel l’Ancien et Rubens mais, contrairement à leurs illustres modèles, ce sont cinq cadres vides, faits de sel qui ouvrent sur la pierre calcaire du mur abbatial. Des cadres où projeter notre sixième sens ou qui soulignent la perte des sens ? Dans la salle du chapitre, The Last Supper (La Cène), spécialement conçu pour l’exposition de Maubuisson, est une œuvre impressionnante de 9 mètres de long sur laquelle reposent 120 objets et produits alimentaires moulés et qui a demandé plus d’une tonne de sel ! Là aussi, l’œuvre appelle les métaphores et les interprétations multiples. Comme un symbole d’ultime abondance, comme un présage. Crystal Palace dans la salle des religieuses est un ensemble de 8 lustres en ouraline émettant une lumière blafarde, un vert fluo fantomatique en raison d’un éclairage UV. Chacun de ces lustres représente une des nations nucléaires du monde, leur taille variant selon le nombre de centrales que chacune exploite. Encore un contraste entre le beau et le dangereux. N’oublions pas que les artistes ont été fortement affectés par le drame de Fukushima. Justement, dans l’antichambre entre cette salle et celle des anciennes latrines tourne une petite boîte à musique surmontée de la fée Clochette aux ailes de papillon mutant de Fukushima. Du conte de fées à l’horreur nucléaire. Enfin, l’espace documentaire des latrines est surmonté du lustre éteint du Japon nucléaire, à l’arrêt depuis la catastrophe...

Une exposition qui fait plutôt froid dans le dos mais qui, une fois de plus, parvient à s’harmoniser jusque dans sa mystérieuse froideur avec la beauté épurée des salles abbatiales de Maubuisson. Encore est-il préférable de connaître le discours et les intentions des artistes pour dépasser le premier degré de la seule sensation esthétique. Dans le choc des siècles de la civilisation occidentale, cet « autre rêve » pourrait bien être celui d’un autre monde ou d’un anéantissement.

Jean-Michel Masqué

Visuels : Crystal Palace , 2012-2013 et The Last Supper, 2014 ©Ken + Julia Yonetani.