Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos à Paris > Archives expo à Paris > L’art et l’enfant > L’art et l’enfant

L’art et l’enfant

lundi 14 mars 2016

Du 10 mars au 3 juillet 2016
Musée Marmottan Monet
2, rue Louis-Boilly - 75016 Paris
Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h
Nocturne le jeudi jusqu’à 21h
Fermé le 1er mai.
Plein tarif : 11€
www.marmottan.fr

Thème charmant, œuvres charmantes. Le musée Marmottan nous offre une cinquantaine de tableaux représentant des enfants, du 17e au 20e siècle, dans des représentations qui mettent en image l’évolution de la place de l’enfant dans sa famille et dans la société en général.

De l’enfant-objet exhibé sur un tableau de commande, tel le futur Louis XIV enfant d’un anonyme du 17e siècle, à l’enfant-sujet que l’on aime, que l’on soigne, qu’on observe dans ses activités, les peintres s’en sont donné à cœur joie. Avec les progrès de la médecine, le développement d’un vrai sentiment familial, la réussite sociale des parents, les enfants deviennent des acteurs de leur propre vie, reflétant le vaste spectre de la société, des petits mendiants aux petits bourgeois.
Sur les cimaises, se succèdent des scènes réalistes, que l’on pourrait qualifier de scènes de genre, comme Enfants avec une cage à oiseaux et un chat (c. 1646) des frères Le Nain ; l’emblématique L’enfant au toton (1738) de Chardin ; des portraits de famille célébrant l’innocence de l’enfant et l’amour de ses parents, comme ce sympathique Portrait de la famille de l’artiste, (c. 1802) de Pajou. Au 19e siècle, les peintres s’intéressent au sentiment familial même chez les paysans. La Becquée (c. 1860) de Millet en est un émouvant exemple. Avec les Impressionnistes, on entre de plain pied dans l’intimité familiale : les enfants jouent sous l’œil attentif des parents (Eugène Manet et sa fille dans le jardin de Bougival, 1881, de Berthe Morsisot) alors que chez Vallotton, il joue avec une indépendance fraîchement acquise sous celui du spectateur (Le Ballon, 1899).

La dernière partie met à l’honneur le 20e siècle : Picasso et Matisse, inspirés par les formes dépouillées des arts “nègres”, s’intéresseront tout autant au dessin d’enfant et à l’enfant dessinateur. « Quand j’avais leur âge, je dessinais comme Raphaël, mais il m’a fallu toute une vie pour apprendre à dessiner comme eux », disait Picasso en 1945. Un aveu superbement illustré par l’un des derniers tableaux, Le Peintre et l’enfant (1969), sorte d’autoportrait de l’enfant qu’il fut et du peintre accompli qu’il était devenu.

À voir avec des enfants.

Elisabeth Hopkins

Visuels : Claude Monet, Camille au jardin, avec Jean et sa bonne,1873 – Huile sur toile 76 x 97 cm – Collection particulière – Photo © ISEA-SIK (J.-P. Kuhn)
Félix Vallotton, Le Ballon, dit aussi Coin de parc avec enfant, 1899 – Huile sur carton marouflé sur bois – 48 x 61 cm – Paris, musée d’Orsay, legs de Carle Dreyfus, 1953. Photo © RMN-Grand Palais (musée d’Orsay) /Hervé Lewandowski