Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos en Europe > Archives expo en Europe > Yayoi Kusama > Yayoi Kusama

Yayoi Kusama

vendredi 10 février 2012

Du 9 février au 5 juin 2012
Tate modern
Tous les jours sauf lundi, de 10h à 18h
Nocturne vendredi et samedi jusqu’à 22h
www.tate.org.uk

« Ma vie est un pois perdu parmi des millions d’autres pois », écrit Kusama en 1960. C’est la formule de sa vie. C’est la formule de toute son œuvre. Traversant les avant-gardes, Yayoi Kusama a tracé sa propre route artistique avec obstination. Enfant, elle voyait les fleurs rouges d’une nappe s’envoler et se poser autour d’elle, elle entendait la voix du vent et elle parlait aux nuages… Depuis ces hallucinations, Yayoi Kusama a fait des pois sa marque de fabrique et le motif récurrent de son œuvre protéiforme, féerique, extravagante. À 82 ans, la petite japonaise à l’enfance meurtrie par la guerre et les tensions familiales est devenue une star internationale. Elle continue à peindre quotidiennement (comme un exorcisme) sur des toiles placées horizontalement, reprenant ainsi la tradition de la peinture orientale et de la calligraphie. Si la folie a nourri son art (elle fréquente quotidiennement un établissement de soins psychiatriques), elle a aussi exercé une influence considérable sur la scène contemporaine (d’Andy Warhol à Mike Kelley et beaucoup d’autres) et captive encore l’intérêt de la jeune génération, notamment japonaise, de Takashi Murakami à Yoshitomo Nara.
Après une première étape au Musée National Reina Sofia de Madrid et au Centre Pompidou à Paris (du 10 octobre au 9 janvier), c’est à Londres que Kusama a installé ses pois. Une exposition qui diffère des précédentes, mais toujours aussi spectaculaire, plongeant le spectateur au cœur d’une œuvre obsessionnelle, à la fois pop, ludique et angoissante, faite de beauté des couleurs et de grands espaces. Une œuvre conçue explique l’artiste pour le repos de son âme.

C.R