Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos en Europe > Archives expo en Europe > Turner. Late Turner > Late Turner Lumière sur les quinze dernières années du peintre

Late Turner Lumière sur les quinze dernières années du peintre

jeudi 11 septembre 2014

Late Turner : painting set free
Du 10 septembre 2014 au 25 janvier 2015
Tate Britain - Londres
Tarif : £15 ou £16,5 (Réductions £13,10 ou £14,50)
www.tate.org.uk

 

- A lire : Catalogue, Tate Publishing, 297 x 235 mm, 256p. 250 illustrations couleurs. £ 35.

 

- L’OFFRE CULTURELLE EUROSTAR 2FOR1 permet aux personnes munies d’un billet Eurostar de bénéficier de 2 billets d’entrée pour le prix d’un pour THE EY EXHIBITION : LATE TURNER PAINTING SET FREE.

Le peintre britannique J.M.W. Turner est la star de la rentrée culturelle londonienne avec une passionnante exposition à la Tate Britain et la sortie en décembre du biopic de Mike Leigh qui raconte les dernières années de Turner, interprété par un Timothy Spall qui révèle toute la complexité de ce peintre solitaire, bougon et très inspiré.

Qui était vraiment John Mallord William Turner (1775-1851) dans les quinze dernières années de sa vie ? Un peintre vieillissant dont les critiques se gaussent et dont le travail est même décrit en 1846 comme « signes de maladie mentale » par son ami John Ruskin, l’un de ses plus fidèles soutiens qui l’a toujours considéré comme « le plus grand de notre temps » ? Ou bien au contraire ce « peintre de la lumière » qui continue de faire preuve de radicalité dans ses recherches, comme l’exposition présentée à la Tate Britain jusqu’au 25 janvier 2015 s’attache à le prouver ?

Late Turner : Painting set free (Turner dernière période : la peinture libérée) est une exposition inédite pour l’intérêt qu’elle porte aux quinze dernières années du peintre britannique, entrant même dans l’univers intime de ce fils de barbier qui fit ses débuts à la Royal Academy à l’âge de 14 ans, via ses carnets de croquis, ses couteaux et palettes de peinture ou ces lunettes de presbyte qu’il utilisait parfois pour peindre. Elle vise surtout à rappeler toute l’importance de sa dernière période d’activité durant laquelle certaines de ses œuvres les plus emblématiques furent produites. Au fil des 180 peintures et œuvres sur papier issues principalement du fonds d’atelier Turner de la Tate (30 000 œuvres sur papier et 300 peintures rappelons-le), on retrouve son intérêt pour la vie moderne tout autant que pour l’histoire et la mythologie, son bel appétit pour les voyages en solitaire en Europe durant lesquels il dessine et peint avec vigueur paysages de montagnes et de lacs et monuments vénitiens, sa fascination pour la nature et les éléments, la mer surtout qu’il transforme en théâtre de drames avec tempêtes, naufrages et monstres marins. Car chez Turner, qui (selon la légende) se fit attacher seul sur le pont d’un bateau pour braver le blizzard et les déferlantes et peindre ensuite de mémoire Tempête de neige : bateau à vapeur au large d’un port (Snow Storm – Steam-Boat off a Harbour’s Mouth), toujours l’émotion poétique et le contemplatif l’emportent sur la représentation de la réalité.

On perçoit bien au fil du parcours la créativité sans entrave de Turner qui poursuit son œuvre en toute liberté, flirtant souvent avec l’inachevé, l’informel aussi, privilégiant des plongées de plus en plus profondes dans une lumière solaire si emblématique de sa palette. C’est aussi entre 1840 et 1846 qu’il peint ses fameux Square Canvases, n’hésitant pas à se lancer des défis en reformatant les paysages dans des carrés comme ce très envoutant Lumière et couleur (Light and Colour,) éblouissant matin après le Déluge d’où émergent à peine quelques têtes et un petit serpent. Neuf de ces tableaux carrés sont exceptionnellement réunis dans cette exposition présentée à la Tate, en partenariat avec EY (Ernest & Young), l’un des principaux mécènes de l’institution londonienne.

Catherine Rigollet

- Autre actualité Turner : Rome, vue de L’Aventin (1836), une peinture à l’huile de Turner a été mise en vente le 3 décembre 2014 chez Sotheby’s. Estimation : 20 millions de livres (25 millions d’euros). Résultat : 38,6 millions d’euros ! "C’est la vente la plus élevée jamais réalisée pour une œuvre d’un artiste britannique d’avant le XXe siècle", a affirmé la maison d’enchères dans un communiqué.

Visuels : Turner, Rain, Steam and Speed – The Great Western Railway (1844), The National Gallery – London.
Light and Colour (Goethe’s Theory) – The Morning after the Deluge – Moses Writing the Book of Genesis exhibited, 1843, Tate.