Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos en France > Archives expo en France > Studio Cao-Perrot à Beauvais > A Beauvais, l’art contemporain s’installe dans le patrimoine

A Beauvais, l’art contemporain s’installe dans le patrimoine

lundi 21 mai 2012

Red Bowl et White Dome du studio Cao/Perrot
Du 11 mai au 16 septembre 2012
- Maladrerie Saint-Lazare, 203 rue de Paris - 60000 Beauvais
Exposition ouverte tous les jours de 11h à 18h, sauf le lundi. Beau jardin médiéval à visiter.
- Collégiale Saint-Barthélemy, rue Saint-Pierre - 60000 Beauvais
Exposition ouverte du lundi au samedi de 10h à 18h et les dimanches et jours fériés de 10h30 à 17h.
Entrée libre (installation visible de la rue). Renseignements au 03 44 15 67 00.

- « Beauvais Cathédrale infinie », spectacle de Skertzó. Du 11 mai au 15 septembre 2012, puis pour les fêtes de fin d’année.
A la tombée de la nuit. Gratuit. Durée 20 minutes. Jours et heures sur www.beauvais.fr et au 03 44 15 30 30.

- Manufacture de la tapisserie. Visite possible uniquement pour les groupes, les mardis, mercredis et jeudis après-midis et pour les individuelles lors des journées du patrimoine.
Du 02/01/2012 au 31/12/2012 De 14h00 à 16h00 (Fermé les jours fériés).

Après l’artiste néerlandais Krijn de Koning en 2010, c’est au tour du duo Andy Cao (qui vit à Los Angeles) et Xavier Perrot (qui vit à Paris) d’investir la Maladrerie Saint Lazare à Beauvais. S’inspirant de l’histoire et de la symbolique de cette belle architecture hospitalière qui accueillit une léproserie aux XIIe et XIIIe siècles, le studio Cao/Perrot a conçu Red Bowl (Bol rouge), un grand bosquet de tiges métalliques surmontées de billes de verre rouge bougeant et sifflant selon le vent et émergeant d’une prolifération de lentilles d’eau flottant sur la mare. Poursuivant leur rencontre avec le patrimoine beauvaisien, les deux jeunes plasticiens du paysage ont aussi habité la ruine de la collégiale Saint-Barthélemy d’un dôme blanc, monumentale coupole de lumière composée de 3000 cristaux fournis par Swarosvski Eléments (à voir de préférence quand ils scintillent au soleil).
Pour Beauvais, qui fête l’obtention du label Ville d’art et d’histoire, cette valorisation du patrimoine à travers la création contemporaine s’accompagne durant tout l’été d’une mise en lumière de son exceptionnelle cathédrale Saint-Pierre (à l’histoire chaotique, à la nef jamais terminée et aux voûtes culminant à 48 mètres !). Pour ce flamboyant édifice gothique, on peut regretter que le groupe Skertzó ait à ce point manqué d’inspiration et nous offre un spectacle sans rythme, pâle resucée de celui de Reims. On se rattrapera avec une visite à la galerie nationale de la tapisserie qui expose une vingtaine de trésors de la cathédrale (rarement présentés) dont La Vie de saint Pierre, tissage datant du XVe siècle et quatre pièces de l’Histoire d’Alexandre le Grand (d’après Charles Le Brun), une tenture réalisée à la Manufacture de Beauvais vers 1694. Fondée en 1664 par Colbert, elle est aujourd’hui installée dans d’anciens abattoirs ; une dizaine d’ateliers y tissent toujours, sur commandes de l’État, des tapisseries (notamment modernes et contemporaines) en basse lisse - les Gobelins travaillant en haute lisse. Un lieu passionnant à découvrir.

Catherine Rigollet