L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

« Une sélection des meilleures expositions en France »

Expo en France

Le vent et les oiseaux m’encouragent

L’art contemporain s’invite chez le Facteur Cheval (1836-1924), artiste autodidacte qui, porté par son rêve, a pendant 33 ans construit son Palais idéal. Une architecture d’art brut unique au monde.

À partir de 1879, s’inspirant de la nature qu’il parcourt quotidiennement et des images de monuments universels vus dans « Le Magasin Pittoresque », une sorte d’encyclopédie populaire, Ferdinand Cheval va poser pierre après pierre, élever des colonnes, façonner des grottes, des niches pour y abriter des personnages mythologiques, couvrir les murs de coquillages, de plantes et d’animaux modelés avec du mortier de chaux, dont de nombreux oiseaux, truffer le tout de symboles panthéistes, de devises et de commentaires sur son travail, comme ce dernier : « 1879-1912 : 10 000 Journées, 93 000 Heures, 33 ans d’épreuves ».

Achevé en 1912, admiré comme une œuvre d’art brut par les surréalistes, ce monument aussi fantastique qu’insolite a été classé en 1969 Monument Historique par André Malraux, alors Ministre de la Culture, jugeant que « l’art naïf est aujourd’hui ce qui touche le plus profondément le grand public ». Mais pas que lui.
En août 1937, Picasso visite le Palais en compagnie de Dora Maar et de Paul Éluard. Fasciné, il réalise dans la foulée treize dessins et un poème en hommage à Ferdinand Cheval. Après avoir été exposés au Palais du 20 au 23 septembre 2019 à l’occasion des Journées européennes du Patrimoine, ces dessins (propriété du musée Picasso à Paris) sont encore visibles sous la forme de copies, jusqu’au 5 janvier 2020. À l’instar de Picasso, de nombreux autres artistes, de Niki de Saint-Phalle à Agnès Varda en passant par Aurélien Froment, Bernard Buffet, Ben, Laure Prouvost ou Bernard Rancillac sont passés à Hauterives, laissant souvent un hommage sous forme de photographies, de dessins, de peintures, de poèmes, etc. Des œuvres pieusement conservées, exposées en permanence dans l’espace muséographique du Palais idéal. Ce cinquantième anniversaire valait bien un nouvel hommage.

Poursuivant cette série de « dédicaces », Frédéric Legros, directeur du Palais depuis mai 2019, a convié cette année Fabrice Hyber, Ali Cherri, Jean-Luc Mylayne, Rebecca Horn et Kate MccGwire, afin qu’ils offrent une nouvelle vision poétique du rêve du facteur Cheval. Dans un mur de dessins, Fabrice Hyber retranscrit sa propre relation au Palais idéal, de ses souvenirs d’enfant jusqu’à sa dernière visite au cours de l’été 2019, comme cette représentation minimaliste du facteur poussant sa célèbre brouette dans laquelle il transportait les pierres ramassées pour sa construction, dont sa « pierre d’achoppement », cette concrétion qu’il trouva si extraordinairement belle qu’elle fit germer en lui l’idée de bâtir pour tenter de copier la nature. On doit aussi à Hyber une grande cage aux oiseaux (Cage mangeable, 1994), édifice précaire constitué d’un filet maintenu par des baguettes de pain (Cheval fut boulanger avant de devenir facteur) que deux inséparables (Ferdinand et Philomène) peuvent grignoter…pourquoi pas pour s’envoler.

En référence aux rêves des visionnaires et clin d’œil à l’amour des oiseaux de Cheval, Ali Cherri (que Frédéric Legros avait exposé lors de la Biennale de Mlle en 2018 dont il était alors directeur) expose une machine volante (The Flying Machine) imitant le vol des oiseaux ainsi qu’un poétique assemblage animal/végétal (Melancholy of birds B, 2017). Jean-Luc Mylaine a quant à lui choisi de les photographier, sans téléobjectif, créant une relation de confiance avec eux pour s’en approcher. Oiseaux toujours avec la plume de cygne trempée dans l’encrier par Rebecca Horn (Swan Ladder) qui évoque le travail d’écriture ou encore les plumes assemblées patiemment par la sculpteur britannique Kate MccGwire, ici de colvert, pour former une enchanteresse spirale bleutée sans fin (Transe, 2018).
Des œuvres à découvrir dans la propre maison du facteur Cheval, la « Villa Alicius » (dédiée à sa fille Alice décédée à l’âge de 15 ans), ouverte pour la première fois au public et qui offre depuis ses fenêtres une vue plongeante sur le Palais idéal.

Catherine Rigollet

Archives des expos en France
spacer


Du 14 septembre 2019 au 5 janvier 2020
Palais du facteur Cheval
26390 – Hauterives (Drôme)
Tous les jours, de 9h30 à 17h30
Jusqu’à 16h30 en décembre-janvier
Tarif plein : 8€
Tél. 04 75 68 81 19
www.facteurcheval.com

Visuels : Picasso, dessin issu du carnet de 13 dessins réalisé en hommage au Facteur Cheval. Photo : D.R
Ali Cherri, Melancholy of Birds B, 2017. Courtesy Galerie Imane Farrès, Paris.
Kate MccGwire, Transe, 2018. Techniques mixtes, plumes de colvert, encadrement noir 60 x 60 cm. Courtesy Galery Les Filles du Calvaire, Paris.