L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

"Une sélection des meilleures expositions à voir actuellement à Paris et en Ile de France"

Expo à Paris

Les Nabis et le décor : Bonnard, Vuillard, Maurice Denis…

On ne pourra pas dire que les femmes n’étaient pas mises à l’honneur ! Elles occupent la plupart des toiles destinées à la décoration de demeure privées. Des œuvres commandées aux Nabis (prophètes en hébreu), un groupe d’artistes postimpressionnistes – Bonnard, Maurice Denis, Vallotton, Vuillard, Paul-Elie Ranson, entre autres – réunis à la fin des années 1880 par un Paul Sérusier marqué par les conseils de Gauguin à Pont-Aven (voir : www.lagoradesarts.fr/-Le-Talisman-de-Paul-Serusier-une-oeuvre-fondatrice-.html). Malgré leur désir partagé de donner ses lettres de noblesse à l’art ornemental, le mouvement ne dura que jusqu’en 1900.

L’exposition se veut être l’illustration de l’un des principes de la création Nabi : les arts appliqués ne sont pas le parent pauvre des beaux-arts. Aux sources de ce principe et de leur inspiration, le mouvement anglais Arts & Crafts de William Morris et John Ruskin et les estampes japonaises vues à Paris en 1890 pour le coté décoratif, et les grandes philosophies ou doctrines, religieuses ou non, pour le côté méditatif. Sur les cimaises, quatre thèmes : jardins, intérieurs art nouveau, rites sacrés, avec quelques exemples des incursions Nabi dans le domaine de l’art nouveau avec des frises décoratives ou des objets : boîte à cigares, assiette de porcelaine, projets de papiers peints, ou carton pour un vitrail...

Dans les jardins, les femmes sont aussi stylisées que les fleurs : sur fond de perspective plane, d’aplats aux couleurs franches, l’arabesque est cultivée par Bonnard pour ses quatre Femmes au Jardin, 1891, sur un format très vertical (160 x 48 cm). Sur le mur voisin, quatre petites toiles de Maurice Denis, des scènes saisonnières, où sont reprises les surfaces planes, les formes simplifiées, et un cloisonnisme léger. Il manque certains des neuf panneaux peints par Vuillard pour l’hôtel particulier d’Alexandre Natanson, créateur de La Revue Blanche. Cette série des Jardins publics, 1894, lumineuse, ouverte sur l’extérieur, égayées par des personnages en mouvement, contraste avec le salon “cosy” de ses Personnages dans un intérieur, 1896, où les femmes perdues dans leurs pensées ou leur travail, se confondent avec les murs dont le papier est aussi historié que leurs robes. Certains Nabis spiritualisent et idéalisent leurs thèmes, dans leur quête d’une transcendance : les Danaïdes revivent sous le pinceau de Sérusier (Femmes à la source, 1899), et la légende de Saint Hubert sous celui de Maurice Denis.
Une exposition qui vous laisse sur une impression joyeuse et colorée. Un goût de printemps.

Elisabeth Hopkins

Visuels : Maurice Denis, Avril, 1892. Huile sur toile, 38 x 61,3 cm. Otterlo, Kröller-Müller Museum © Otterlo, Kröller-Müller Museum.
Edouard Vuillard, Le Corsage rayé, 1895. Huile sur toile, 65,7 x 58,7 cm. Washington, National Gallery of Art, Collection of Mr. and Mrs. Paul Mellon, 1983.1.38 © Washington, National Gallery of Art

Archives des expos à Paris
spacer


Du 13 mars au 30 juin 2019
Musée du Luxembourg
19, rue de Vaugirard, Paris 6e
Ouvert 7/7, de 10h30 à 19h
Nocturne le lundi jusqu’à 22h
Fermé le 1er mai.
Entrée : 13 €
www.museeduluxembourg.fr