Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos en France > Archives expo en France > Les Pléiades. Les 30 ans des FRAC > Les Pléiades. Les 23 FRAC de France fêtent leurs 30 ans à Toulouse

Les Pléiades. Les 23 FRAC de France fêtent leurs 30 ans à Toulouse

mardi 8 octobre 2013

Les Pléiades. 30 ans des Fonds régionaux d’art contemporain (Frac)
Du 28 septembre 2013 au 5 janvier 2014
Les Abattoirs/Frac Midi-Pyrénées
Du mercredi au dimanche de 11h à 19h
Plein tarif : 7 €
05 34 51 10 68
www.lesabattoirs.org

 

- Le portail pour accéder aux collections des 23 Frac a été lancé lors de cette exposition « Les Pléiades ». Une très heureuse initiative.
www.lescollectionsdesfrac.fr

 

- À l’occasion des "Pléiades", les Abattoirs donnent une carte blanche à Guillaume Leblon pour présenter le fonds Cordier qui est le socle principal de la collection d’art moderne du musée. L’occasion de (re)découvrir toutes les richesses des collections des Abattoirs.
En savoir plus.

Les pléiades sont aussi bien une constellation d’étoiles qu’un groupe de personnes remarquables. C’est sous cette appellation imagée que les 23 Frac (Fonds régionaux d’art contemporain) de France ont investi le majestueux espace des Abattoirs, le musée toulousain où siège le Frac Midi-Pyrénées, pour célébrer leurs 30 ans dans une exposition collective hors norme. En effet, chaque Frac a proposé à des artistes de devenir commissaire d’exposition, leur offrant une carte blanche pour piocher dans les collections et en livrer ainsi une vision subjective, une exposition singulière. « Toutes ces invitations, précisent les organisateurs, témoignent de la volonté des Frac de montrer combien l’artiste est au cœur de leurs activités, de la collection à la production d’œuvres, en passant par l’exposition, la médiation et la diffusion. » À travers ces centaines d’œuvres, il s’agit aussi de découvrir un état très libre de la création contemporaine depuis trente ans, tant de visions du monde et de dispositifs conceptuels qui risquent de déboussoler le spectateur s’il ne se munit pas du petit guide de visite distribuée à l’entrée...

On ne peut qu’être interpellé, entre la grille et l’entrée du musée, par deux drôles de machines, véhicules excentriques, entre voyage utopique et voyage clandestin. Ce sont en fait la proposition du Frac Languedoc-Roussillon, Holey Glory de Sophie Dejode et Bertrand Lacombe, une sorte de navire-camion, et celle du Frac Nord-Pas de Calais, My Home is a Castle II d’Alain Declercq, un camion-citerne qui abrite une rangée de fauteuil d’autocars. Ensuite, sur les trois niveaux du vaste bâtiment s’enchaînent les autres propositions toutes plus ou moins surprenantes, et qu’il faut prendre le temps de parcourir sans se presser, des cimaises suspendues de Marc Camille Chaimowicz (Frac Pays de la Loire) à la Triangulation d’Alejandro Cesarco (Frac Bourgogne).

Nous avons particulièrement apprécié la présentation de la collection du Frac Corse par Hugues Reip qui joue avec les ombres portées des différentes pièces exposées sous l’œuvre lumineuse de Maurizio Nannucci, une phrase en néon : « NESSUN OGGETTO E’INNOCENTE » (Aucun objet n’est innocent). Le Frac Bretagne s’est associé avec les Frac Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte d’Azur pour célébrer la figure d’Ulysse, entre les images belles et lentes du film Ithaque de Marcel Dinahet et Jean-Marc Huitorel et des bateaux d’artistes. Pour le Frac Aquitaine, l’architecte et designer Olivier Vadrot met en scène dans ses Coulisses un choix d’œuvres de la collection du Frac dissimulés par deux rideaux circulaires pour mieux en dégager une atmosphère d’exploration intime. Le Frac Centre, qui s’est spécialisé dans le rapport entre art et architecture, a confié à l’architecte et professeur Bernard Tschumi le soin de dévoiler, dans un ordre chronologique qui va de 1960 à 2010, des maquettes, dessins, peintures ou photomontages évoquant ou concrétisant des utopies urbaines. Il y a beaucoup de voyages à faire aux Abattoirs à l’occasion de cette exposition. On pourra d’ailleurs commencer ce voyage dans l’art contemporain par la gare Matabiau et les galeries Lafayette de Toulouse, les deux partenaires officiels de l’événement, où Franck Scurti propose Les Reflets et Michel Blazy d’étonnants Fontaines et Patman 2.

Jean-Michel Masqué

Visuel : Frac Pays de la Loire. À l’arrière plan : Marc Camille Chalmowicz, Paravent (2013), Malevoient Coat Hook (2005) © Marc Camille Chalmowicz, coll. Frac des Pays de la Loire. Au centre : Gina Pane, Sans titre (1964) © Adagp, Paris, coll. Frac des Pays de la Loire. Au 1er plan : Maria Loboda, Concrete and abstract thoughts (2010) © D.R. coll. Frac des Pays de la Loire.
Visuel vignette : Michel Blazy, Patman 2 (Galeries Lafayette - Toulouse).
Visuel page d’accueil : Franck Scurti, Les Reflets (gare Matabiau - Toulouse).