Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos à Paris > Archives expo à Paris > Les Rouart. Quelle saga ! > Les Rouart. De l’impressionisme au réalisme magique

Les Rouart. De l’impressionisme au réalisme magique

mardi 22 septembre 2015, par cath

Du 18 septembre 2015 au 11 janvier 2016
Atelier Grognard
6, avenue du Château de Malmaison
92500 Rueil-Malmaison
Tous les jours de 13h30 à 18h (sauf 25 et 31 décembre, 1er janvier)
Plein tarif : 6 €
Tél. 01 47 14 11 63
www.mairie-rueilmalmaison.fr

 

Un ouvrage, publié par les Editions Gallimard, accompagne l’exposition : "Les Rouart : de l’impressionnisme au réalisme magique", par Dominique Bona, de l’Académie française. 35€

La famille Rouart. Trois générations de peintres ! Il y a déjà le père Henri (1833-1912), condisciple et ami de Degas à Louis le Grand. Puis Ernest (1874-1942), son troisième fils, qui épouse par l’entremise de Degas Julie Manet, fille de Berthe Morisot et nièce d’Eduard Manet. Et enfin Augustin 1907-1997), petit-fils d’Henri. Stéphane Mallarmé et Paul Valéry, qui épouse la cousine de Julie Manet, gravitent dans l’orbite de la famille Rouart, des industriels passionnés de peinture, des collectionneurs avisés et des artistes accomplis pour trois d’entre eux : Henri, Ernest et Augustin. Quelle saga artistique ! Et ce n’est pas Jean-Marie Rouart, 4e génération, fils d’Augustin et académicien français, qui nous contredira. Après Nancy et Yerres et avant Pont-Aven, l’exposition investit l’Atelier Grognard de Rueil-Malmaison, ancien site industriel de la fin du XIXe siècle à l’atmosphère « impressionniste ».

C’est dans cette veine impressionniste qu’Henri puis Ernest, par ailleurs fidèles soutiens et mécènes du mouvement naissant, peignent paysages et portraits. Cette exposition monographique familiale rassemble une quarantaine d’œuvres de chacun des trois peintres, issues de collections privées comme de collections publiques. Dotés d’une grande maîtrise technique, certainement sous l’influence de l’intransigeant Degas, dont Ernest fut l’unique élève, les deux premiers peintres de la lignée charment par leur traitement de la lumière et de la couleur. La peinture d’Augustin, restée longtemps confidentielle, constitue la très belle surprise de cette exposition par son originalité, même si l’influence de Gauguin, des Nabis, de l’estampe japonaise ou de la peinture décorative se fait sentir ici et là. Légèreté graphique, couleurs vives, l’historien d’art Bruno Foucart a pu parler de « réalisme magique » à propos du style d’Augustin.

Une exposition d’un parcours limpide où les œuvres des trois Rouart se succèdent en trois espaces distincts avant un cabinet d’art graphique et un espace pédagogique pour les enfants qui la complètent au mieux.

Jean-Michel Masqué

Visuel : Augustin Rouart, Lagrimas y penas, 1943 - huile sur toile. (51x65,5) - collection particulière photo © Philippe Fuzeau.