Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos en Europe > Archives expo en Europe > TEFAF 2015 > Les trésors de la TEFAF 2015

Les trésors de la TEFAF 2015

dimanche 15 mars 2015

TEFAF 2015
Du vendredi 13 au dimanche 22 mars 2015
MECC (Centre des expositions et des congrès)
Maastricht – Pays-Bas
Tous les jours, de 11h à 19h (jusqu’à 18h le 22/3)
Tarif plein : 40€ (55€ avec le catalogue)
Catalogue : 25€
www.tefaf.com

 

- La TEFAF Maastricht 2016 se déroulera du 11 au 20 mars (29e édition)

 

Visuels : Théodore Géricault, Academy of a Man, Oil on paper laid on canvas 29.2 x 22.8 cm - Galerie Eric Coatalem.
Pieter van der Heyden, The Four Seasons, (Summer), engraving after the designs of Pieter Brueghel the Elder (circa 1525 -1569). Paper. Circa 22.5 x 28.5 cm with large margins around. Galerie E.H. Ariëns Kappers.
Pieter Breughel the Younger, Open Air Wedding Dance. Peinture sur bois, 37,5 x 52 cm. Signé et daté Antwerp, 1625.
Joos de Momper the Younger (1564-Antwerp-1635), Winter landscape with village. Figures are by Jan Brueghel the Younger. Oil on panel, 51 x 80 cm. Galerie Kunsthandel P. de Boer.
Pablo Picasso, Deux nus couchés (1972), Coloured crayon and wash on paper, 69,4 x 90 cm, 1972. Galerie Thomas Gibson Fine Art.

Collectionneurs et amateurs d’art du monde entier se pressent chaque année à Maastricht, paisible cité du Limbourg au Pays-Bas, pour la prestigieuse TEFAF (The European Fine Art Foundation).
Cette année encore, dans un contexte où les ventes mondiales d’œuvres d’art battent des records, les 274 marchands venant de 20 pays présentent dans cette foire internationale d’art, d’antiquités et de design leurs plus belles découvertes pour les séduire. Près de 30 000 œuvres d’une grande diversité (antiquités, montres, joaillerie, art tribal, sculptures, porcelaine-céramique et verre, design, livres rares, objets rares, dessins et peintures)…couvrant 7000 ans d’histoire de l’art, répartis dans plusieurs sections pour ne pas se perdre dans ces hectares d’exposition qui recèlent de nombreux trésors ou des pièces rares comme cette sculpture de Christ anatomique (Italie, fin 17e-début 18e) découverte sur le stand d’Alessandro Cesati.

L’estampille TEFAF

Maastricht est un véritable musée, un temple du beau et du sérieux ; les marchands s’efforçant de présenter des pièces expertisées et à la traçabilité sans faille. En raison de son succès, l’accès de la TEFAF à de nouveaux exposants, et plus particulièrement aux plus jeunes d’entre eux, est très difficile, compte tenu d’une liste d’attente importante. Depuis 2008, la TEFAF Showcase permet à une poignée de galeries montantes d’exposer dans un espace réservé. Cette année, cinq marchands ont été sélectionnés, un de Bruxelles, un de Los Angeles et trois de Paris : les galeries Bacquart (art tribal), Eberwein (antiquités d’Egypte) et Xavier Eeckhout (objets de curiosité, rares et insolites).

Focus sur la peinture et le dessin, de Dürer à Soulages

La réputation de la TEFAF s’est construite grâce à la peinture ancienne et moderne, mais l’art contemporain, longtemps parent pauvre, confirme sa place. On pourrait lister des œuvres sur plusieurs pages...
Voici quelques jolies pépites glanées au fil des siècles et des stands.
Chez David Tunick, Les Quatre chevaliers de l’Apocalypse, une gravure sur bois de Dürer et de nombreuses gravures de Rembrandt (artiste assez bien représenté à la TEFAF 2015). Chez E.H. Ariëns Kappers, la série complète Les Quatre Saisons, gravées par Pieter van der Heyden, d’après Pieter I Bruegel, dit le Vieux. Fruit de l’étroite collaboration entre Pieter Bruegel et Jérôme Cock, éditeur d’estampes à Anvers, les quatre planches, gravées par Pieter van der Heyden, n’ont pas toutes été conçues par Bruegel qui ne fit que Le Printemps et l’Eté. Après sa mort, Jérôme Cock chargea le paysagiste Hans Bol de dessiner les deux scènes manquantes, L’Automne et L’Hiver.
On ne manquera pas une huile sur marbre d’Antonio Tempesta, galerie Jean-Luc Baroni et un très étrange paysage de Richard Tongue chez Derek Johns, pas loin d’un petit portrait d’homme de Cranach et de deux têtes de Greuze.
La Galerie P. de Boer présente un plaisant paysage d’hiver (Winter landscape with village) de Joos de Momper et une exceptionnelle marine de Caspar Van Den Bos à l’encre noire sur fond d’huile blanche. Chez De Jonckheere, une scène villageoise (A village street with peasants) de Pieter Brueghel le Jeune et à la galerie Florence de Voldère, une scène de danse lors d’un mariage (Open Air Wedding Dance) du même Brueghel. La galerie Eric Coatalem expose Académie d’homme de Théodore Géricault, une étude classique à l’huile, de petit format, mais incarnant parfaitement le tempérament romantique et fougueux de l’artiste et un superbe Lion couché de Fragonard.
Chez Richard Nagy, spécialiste de la Sécession viennoise et de l’Expressionnisme allemand, le choix est grand et de qualité avec des œuvres de Grosz, Otto Dix, Max Ernst, Alfred Kubin et un grand tableau de Paula Rego (In The Garden).
Chez Applicat-Prazan, à noter une petite huile noire et bleue de Soulages (1957) et un paysage d’Agrigente de Nicolas de Staël. Chez Thomas Gibson Fine Art, Deux nus couchés, grand dessin-aquarelle de Picasso, de 1972. Côté art contemporain, la galerie Delaive d’Amsterdam se taille un franc succès avec les monumentales boites de chocolat de Peter Anton et "Ruffled" (2014), des oiseaux sur 20 écrans vidéo de Dominic Haris.
Les amateurs de dessins ne manqueront surtout pas de faire un tour au 1er étage de la TEFAF, espace spécialisé dans ce domaine. De belles découvertes à faire notamment chez Tanakaya avec quelques vues du Monts Fuji d’Hokusaï et une petite surprise érotique...Et chez Antonacci Lapiccirella, des satyres, faunes et centaures de Tiepolo.

La sculpture traditionnelle revisitée

Dirigée pendant dix-sept ans par Paul Hustinx (qui passera la main à Patrick van Maris, le 1er mai prochain), la TEFAF accueille en 2015 quelques nouveautés. Comme "Night Fishing", une section spéciale consacrée aux œuvres d’artistes postmodernes et contemporains, venant compléter la section TEFAF Modern. Consacrée cette année à la sculpture, elle a été confiée à Sydney Picasso, auteure et collectionneuse et entend revisiter la sculpture traditionnelle à la lumière des canons postmodernes et contemporains de cet art. Une dizaine de galeries sont invitées à proposer leur propre exposition autour d’un seul artiste. Ainsi la galerie allemande Konrad Fischer présente l’artiste Wolfgang Laib avec notamment une installation ascétique, silencieuse et pleine de spiritualité, inspirée de ses séjours en Inde : des petites maisons aux formes minimalistes, posées sur du riz, comme des reliquaires médiévaux. Sont aussi présents : Georg Baselitz, Tony Cragg ou Markus Raetz.

À la TEFAF, tout est à acheter, à condition d’en avoir les moyens (on peut tout de même trouver une belle sélection de gravures entre 300 et 1000€), mais la simple visite de ce véritable musée international de l’art est une rare opportunité à saisir.

Catherine Rigollet