Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos à Paris > Archives expo à Paris > Mâkhi Xenakis. Métamorphoses > Mâkhi Xenakis. Métamorphoses

Mâkhi Xenakis. Métamorphoses

mercredi 5 décembre 2012

Du 10 octobre 2012 au 15 janvier 2013
Galerie Taïss
14, rue Debelleyme 75003 Paris
Du mardi au samedi, de 11h à 19h
Tél. 01 42 71 18 85
www.taissgalerie.com

Jouant avec doigté et sensualité du pastel dans de veloutées harmonies de gris, de mauves et de roses, la fille du musicien Iannis Xenakis et de l’écrivain Françoise Xenakis a choisi de s’exprimer dans les arts plastiques, dessinant, peignant, sculptant, tout en écrivant. Louise Bourgeois, que Mâkhi Xenakis a rencontrée à New York et avec laquelle elle a publié un livre (Louise Bourgeois, l’aveugle guidant l’aveugle, Ed. Actes Sud) lui a inoculé le virus du mythe d’Arachné qui traverse aujourd’hui une partie de son œuvre. Sous la forme de créatures hybrides, étranges grappes de fruits roses et juteux, comme le cœur à vif d’une grenade surmonté de pattes noires, ces physionomies d’araignées bien moins inquiétantes que celles de son amie Louise, croisent des raies, des coléoptères, des méduses, ou encore des fossiles semblables à de longs Rostres de Bellemnites à qui elle insuffle vie en les formant de centaines de petits grains roses architecturés comme des cellules. En 2004, invitée à exposer des sculptures à la Salpêtrière, elle découvre dans les archives de l’assistance publique l’enfer carcéral vécu par des milliers de femmes depuis Louis XIV. Elle publie Les folles d’enfer de la Salpêtrière qui retrace leur histoire et réalise près de 300 sculptures en ciment, femmes totémiques roses, jaunes ou oranges, sans bras ni jambes, comme des corps ligotés par des camisoles de force, enfermés en eux-mêmes, exclus du monde. Depuis, elle poursuit ce travail de sculptures sur le thème des femmes en modelant de drôles de petites poupées cette fois rondes, charnelles et roses comme des bubblegums, expression de la féminité et de la maternité heureuse. Plusieurs sculptures sont exposées à la galerie Taïss aux côtés de ses grands pastels.

Catherine Rigollet

Visuel page expo : Mâkhi Xenakis, Métamorphose, 2012. Courtesy Galerie Taïss.