Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos à Paris > Archives expo à Paris > Mary Cassatt à Paris > Mary Cassatt à Paris : dessins et gravures de la collection Ambroise (...)

Mary Cassatt à Paris : dessins et gravures de la collection Ambroise Vollard

jeudi 4 octobre 2012

Du 26 septembre 2012 au 20 janvier 2013
Commissariat de Marc Rosen et Warren Adelson
The Mona Bismarck American Center for art & culture (MBAC), (ex- Fondation Mona Bismarck)
34, avenue de New York – 75016 Paris
Du mercredi au dimanche, de 11h à 18h
Plein tarif : 7€
Tél. 01 47 23 38 88
www.monabismark.org

La modernité du travail graphique de l’artiste américaine Mary Cassatt frappa à tel point le célèbre marchand Ambroise Vollard qu’il acquit la majeure partie de sa collection.
Le Mona Bismarck American Center for art & culture (ex-Mona Bismarck foundation) présente des dessins et estampes dont des rares contre-épreuves de pastel de Mary Cassatt (1844-1926) provenant des collections d’Ambroise Vollard puis d’Henri M. Petiet, aujourd’hui celles d’Adelson galleries et Marc Rosen fine art. Le cadre de cet hôtel particulier, qui appartint à l’américaine Mona Strader Travis - qui épousa, en 4e noce le comte Edward Bismarck, petit-fils du Chancelier Otto von Bismarck – est un écrin parfait pour le travail graphique si sensible de Mary Cassatt. Native de Pittsburgh, elle s’installe à Paris. En 1874, elle rencontre Edgar Degas qui l’invite à exposer à la 4e exposition du groupe impressionniste en 1879. À la même époque, elle aborde les différentes techniques de l’estampe : le vernis mou (l’artiste dessine sur une feuille de papier posée sur une plaque recouverte d’un vernis), la pointe sèche (incision de la plaque avec un pointe métallique) et surtout l’aquatinte où elle excelle (elle saupoudre des grains de résine sur une plaque de cuivre qu’elle fait chauffer ; en fondant, les grains laissent une structure granuleuse avec laquelle elle joue dans des demi-tons, allant d’un gris léger à un noir soutenu). Elle tire ses estampes sur la presse de Degas, multipliant les épreuves d’essais et les états. Pour ses gravures en couleurs, elle s’adresse au taille-doucier Le Roy, un ancien de chez Cadart. Elle montrera pour la première fois ses estampes en 1891, chez Durand-Ruel. Les techniques du vernis mou ou de la pointe sèche lui permettent de se confronter avec une grande souplesse au cuivre pour Madame Cassatt lisant à ses petits-enfants (1880) ou La femme à la mandoline (3 états présentés, 1890). L’aquatinte qu’elle ajoute au vernis mou, curieuse « cuisine » parfaitement maîtrisée, joue dans les éclairages tout en douceur du théâtre, dans la courbe du balcon, la pose délicate du modèle avec La femme à l’éventail, 3e planche (vers 1880) ou Au théâtre, Reflet de glace (vers 1880). La galerie d’objets d’Extrême-Orient de Siegfried Bing et les expositions consacrées à l’art japonais à la fin du XIXe siècle eurent une influence auprès des artistes que l’on a peine à imaginer aujourd’hui. La construction, la mise en place, les couleurs douces, le sens du détail des estampes japonaises sur bois influencent le travail de Cassatt avec l’harmonie des couleurs pour Dans l’intérieur d’un tramway (1891) ou la finesse du Bain d’enfant (9 états présentés, 1891). Des dessins préparatoires des gravures sont présentés tels La coiffeuse (vers 1880). La salle consacrée aux 15 contre-épreuves de pastel (transfert du pastel humidifié sur l’envers sur un papier) montre un très bel ensemble de ce travail peu mis en exergue jusqu’à présent. Mais, au contraire de Degas qui revenait sur son travail en apportant des modifications manuelles à la contre-épreuve, Cassatt ne touche pas la nouvelle image tirée à un seul exemplaire chez le lithographe Auguste Clot. L’image conserve ainsi toute sa légèreté et son évanescence. Dommage que les cartels de cette pertinente exposition ne mentionnent pas l’état de l’estampe (1er, 2e...) et sa référence dans le catalogue raisonné de l’œuvre gravé de Mary Cassatt établi par Adelyn D. Breeskin, 1948.

Gilles Kraemer

Visuel : Mary Cassatt, Bain d’enfant (1890-1891), eau-forte, pointe sèche et aquatinte en couleurs. Courtesy Adelson Galleries, Inc. And Marc Rosen Fine Art Ltd.