Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos à Paris > Archives expo à Paris > Matahoata. Arts et société aux Iles Marquises > Matahoata. Arts et société aux Iles Marquises

Matahoata. Arts et société aux Iles Marquises

mardi 12 avril 2016, par cath

Du 12 avril au 24 juillet 2016
Musée du Quai Branly
37 Quai Branly - 75007 Paris
Ouvert du mardi au dimanche, de 11h à 19h
Nocturne jeudi, vendredi et samedi jusqu’à 21h
Plein tarif : 9€
Tél. 01 56 61 70 00
www.quaibranly.fr

Le visage, et en particulier les grands yeux très accentués, « Mata » dans la langue des îles Marquises, sont les motifs les plus importants dans toutes les formes d’art local marquisien, qu’il s’agisse de sculpture ou de tatouage. L’œil a même une signification symbolique particulière puisqu’il est associé directement aux ancêtres. Si sa symbolique peut échapper à notre compréhension de visiteur occidental, son omniprésence et sa constante démesure frappent notre regard, notamment dans les ornements et surtout dans les sculptures anthropomorphes, ces « Tiki » d’une grande richesse de matériaux et d’une taille parfois monumentale, aux têtes volumineuses et aux yeux quasi exorbités.

Plus de 300 œuvres, réalisées entre le XVIIIe siècle et nos jours, issues des collections du musée du quai Branly et de celles de grands musées français et étrangers (dessins, sculptures, instruments de musique, peintures – dont des œuvres de Paul Gauguin réalisées dans l’archipel) révèlent l’extraordinaire savoir-faire, l’affirmation d’une identité unique et l’originalité de cette culture. Isolée en plein Pacifique, elle a su traverser les époques, fasciner les artistes et les voyageurs de Gauguin à Brel, de Stevenson à Melville, et continue de nous séduire par son exotisme et son authenticité, s’offrant même une renaissance culturelle dans les années 1970 en se réappropriant les chants, danses, sculptures, artisanat et tatouage qui n’avaient jamais disparu de la mémoire des Marquisiens, mais avaient bien failli disparaître.

Catherine Rigollet

Visuel : Ornement de proue de pirogue © Musée d’ethnographie de Genève, J. Watts