Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos à Paris > Archives expo à Paris > Oda Jaune. Blue skies > Oda Jaune. Blue skies

Oda Jaune. Blue skies

jeudi 14 janvier 2016, par cath

Du 9 janvier au 20 février 2016
Galerie Templon
Du lundi au samedi, de 10h à 19h
Tél. 01 42 72 14 10
www.danieltemplon.com

- Dans sa galerie annexe, Impasse Beaubourg, la Galerie Templon présente, aux mêmes dates, les Tableaux-valises et des dessins de Daniel Dezeuze. Un accrochage énigmatique et ludique pensé par l’artiste comme « un work in progress dans l’enfance de l’art ».

L’artiste bulgare Oda Jaune expose à la Galerie Templon, Blue Skies, un ensemble de peintures récentes, toujours sous le signe des fantasmes - et toujours d’un hyperréalisme dérangeant, provoquant, souvent terrifiant, fait de corps monstrueux, mutants, d’unions charnelles cauchemardesques, « même si l’adjectif anglais blue sky désigne une projection volontairement optimiste, affranchie des conventions pratiques » nous explique-t-on. Certes, un immense tableau de l’exposition symbolise un espoir d’avenir lumineux symbolisé par une nuée solaire sur fond de ciel bleu que contemple un bébé, attentif et serein (Where sky shines, 2015).

Nourri de poésie (même si cela ne saute pas aux yeux), de culture cinématographique et médiatique, de l’histoire de l’art et de sa propre histoire, l’univers étrange de cette belle brune explore sans inhibition les visions les plus noires de l’inconscient. On retrouve dans ses peintures chirurgicales les obsessions de l’artiste, qu’elle ne cesse de faire évoluer à travers des associations inattendues, comme ce grand vase contenant un bouquet d’organes rouge-sang (Fleurs, 2015), ou ce grand nu féminin à tête d’enfant (Eclipse, 2015). Des enfants, on en croise beaucoup dans l’œuvre d’Oda Jaune qui évoque le cycle de la vie qui nait (Birth, 2012 – pas exposé ici), file à perdre haleine, vire parfois au drame ou au cauchemar, avant de s’éteindre, comme bientôt cette bougie posée sur une côte de bœuf (Candle, 2015), allégorie de la mort ?

Née en 1979, Michaela Danowska de son nom d’artiste Oda (trésor ou précieux en vieil allemand) Jaune (sa couleur fétiche) qui a fait ses études à l’Académie des Beaux Arts de Düsseldorf, où elle a été l’étudiante du peintre Jörg Immendorff (1945-2007), puis sa femme, s’est installée à Paris en 2008, s’éloignant de la tradition allemande pour y développer une œuvre très personnelle, de corps et d’âme. Prégnante.

Catherine Rigollet

Visuels page expo : Oda Jaune, Where sky shines, 2015, Huile sur toile, 190 x 280 cm. Fleurs, 2015. Huile sur toile — 160 × 130 cm.
Visuel vignette : Oda Jaune, Candle, 2015, Huile sur toile, 50 x 40 cm. Photos : L’Agora des Arts.