Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos à Paris > Archives expo à Paris > Philippe Cognée > Philippe Cognée. Peintures à l’encaustique

Philippe Cognée. Peintures à l’encaustique

lundi 7 janvier 2013

Du 10 janvier au 23 février 2013
Galerie Templon
30, rue Beaubourg – 75003
Du lundi au samedi de 10h à 19h
Tél. 01 42 72 14 10
www.danieltemplon.com

Les grands thèmes qui jalonnent l’œuvre de Philippe Cognée sont classiques et d’une grande banalité : objets, portraits, vanités et grands paysages urbains. Sa technique en revanche est originale : des photographies qui deviennent des peintures à l’encaustique sur toile marouflée sur bois et qui, lors d’une ultime étape, sont mises sous un film plastique pour être chauffées et écrasées au fer à repasser. Un processus élaboré dans les années 1990 pour parler du monde qui l’entoure, de manière figurative, subtile et complexe tout en explorant la beauté et le pouvoir infini de la peinture. Car c’est bien la peinture seule qui intéresse Philippe Cognée, la photographie n’étant qu’un intermédiaire, un outil pour capter le sujet, le modifier jusqu’à s’éloigner très loin de l’image originelle pour retrouver la liberté, faire naître l’émotion et la reverser dans la peinture.
Philippe Cognée qui bénéficie actuellement d’une grande exposition à Grenoble (visible au musée des Beaux-arts à Dôle à partir du 9 mars 2013), est aussi présent à la galerie Templon à Paris avec une quinzaine de nouvelles peintures à la cire sur toile ainsi qu’une série d’une dizaine d’œuvres sur papier. L’artiste réinterprète en toute liberté le thème du portrait, confrontant figure humaine et architecture. À partir de promenades virtuelles sur Google Street View, Philippe Cognée transforme des façades anonymes et pixellisées en paysages poétiques. Ces “portraits de maison” côtoient ici sa célèbre maquette de la ville de Nantes réalisée en blocs de marbre (2011), l’une de ses rares installations. Un puzzle impressionnant qui a donné naissance à une série de toiles consacrées à des détails urbains.
S’il a abandonné les réminiscences de son enfance africaine pour l’univers urbain qui l’entoure aujourd’hui, Philippe Cognée a conservé le goût pour la simplification des formes et des couleurs qu’il brouille jusqu’à l’enfouissement par la chaleur du fer. Passé de la peinture de l’image à l’image de la peinture, il s’aventure jusqu’à l’effacement même de cette image, sans jamais perdre l’intensité des couleurs et de la lumière. Il y a toujours de la nostalgie chez Philippe Cognée, qu’il représente des maisons indiennes chaudement colorées ou des tours occidentales grises aux fenêtres sans lumière. Né en 1957 à Sautron près de Nantes où il a installé son atelier, Philippe Cognée a vécu au Bénin jusqu’en 1974, date à laquelle il rentre en France pour faire des études d’art. Sa première exposition personnelle a lieu en 1982, il peint alors des figures, des scènes mythologiques, fait des sculptures de bois grossièrement taillées. Depuis, l’homme voyage beaucoup et nourrit son œuvre artistique de ces nouveaux univers parcourus, des Etats-Unis à l’Inde en passant par la Chine.

Catherine Rigollet

Visuel page expo : Philippe Cognée, Sans titre (maison blanche), 2012, peinture à la cire sur toile, 73 x 60 cm.
Visuel page d’accueil : Philippe Cognée, Sans titre (maison bleue et jaune), 2012, peinture à la cire sur toile, 153 x 200 cm