Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos en France > Archives expo en France > PhotoMed 2013. La photographie méditerranéenne > Photomed 2013. 3ème Festival de la Photographie Méditerranéenne

Photomed 2013. 3ème Festival de la Photographie Méditerranéenne

mardi 28 mai 2013

Photomed 2013
Du 23 mai au 16 juin 2013
À Sanary-sur-Mer, Bandol, l’Ile de Bendor et l’Hôtel des Arts de Toulon
Au total 20 expositions en accès libre
Tél. 04 94 88 60 56
www.festivalphotomed.com

Pour cette troisième édition, le Festival de la Photographie Méditerranéenne célèbre le Liban, notamment à travers les photographies de Fouad Elkoury, présentées à Sanary-sur-Mer aux côtés des œuvres de sept jeunes talents. Dans cette même ville, "cœur du festival", Photomed montre aussi une sélection de la création photographique slovène contemporaine, centrée sur le paysage urbain et l’architecture. Dans un tout autre genre, le festival a sélectionné des photographies inédites de Costa-Gavras, des portraits en noir et blanc de Simone Signoret, Yves Montand, Allende, Régis Debray, Jorge Semprun..., reflets de ses amitiés et de ses engagements. Photomed fait aussi découvrir l’œuvre de Nino Migliori dont le travail, méconnu en France, s’inscrit dans la tradition du néo-réalisme italien. « J’ai commencé à faire de la photographie en 1948, on était à peine sorti de la guerre et j’éprouvais le besoin de saisir la vie, la réalité, en fixant les moments de la vie de tous les jours qui aujourd’hui nous paraissent banals mais qui, à l’époque, avaient une signification forte, liée sans doute au sentiment de liberté et de la possibilité de choisir. » Le style purement documentaire de Migliori (né à Bologne en 1926) est proche des photographes humanistes de la deuxième moitié du 20e siècle, mais il a cherché aussi de nouveaux points de vues transformant la vision de la ville avec des perspectives nouvelles et des poses plastiques. Après la mystérieuse Sirène de Sanary dévoilée en 2012 par le photographe catalan Joan Fontcuberta grâce à son art de la mystification, c’est au tour de Didier Massard à l’imagination débridée de nous entraîner
20 000 lieues sous les mers, à la découverte de villes englouties et de paysages oniriques. À Bandol, Bruno Mouron et Pascal Rostain évoquent la Dolce Vita à travers de grands portraits imprimés sur toile, de Brigitte Bardot, Sophia Loren, Liz Taylor...Enfin, le festival rend hommage à Gabriele Basilico, grande figure de la photographie italienne, décédé le 13 février 2013. « C’était un architecte de formation qui est devenu un architecte de la lumière. Il possédait la rigueur de l’école allemande, celle des Becher, et la poésie de son pays, l’Italie », a souligné Jean-Luc Monterosso, directeur de la Maison européenne de la photographie et directeur artistique du festival. Gabriele Basilico, né à Milan en 1944, est l’un des photographes "documentaristes" les plus connus pour son travail sur la ville et le paysage industriel. Ses « obsessions urbaines » sont à découvrir à l’Hôtel des arts à Toulon (jusqu’au 30 juin).

Catherine Rigollet

Visuel : Le plongeur, 1951. ©Nino Migliori