Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos à Paris > Archives expo à Paris > Picasso.mania > Picasso.mania. Les influences du maître sur l’art contemporain

Picasso.mania. Les influences du maître sur l’art contemporain

jeudi 8 octobre 2015

Du 7 octobre 2015 au 29 février 2016
Grand Palais/Galeries Nationales
Square Jean Perrin - 75008 Paris
Ouvert tous les jours, sauf le mardi, de 10h à 20h
Nocturne : mercredi, vendredi et samedi, jusqu’à 22h
Pendant les vacances scolaires, ouvert tous les jours de 9h à 22h.
Entrée : 14€
www.grandpalais.fr

- Un Mooc, cours en ligne gratuit et ouvert à tous, offrira une thématique par semaine pendant sept semaines. Inscription sur : www.mooc-picasso.com. Lancement du Mooc le 12 octobre 2015.

- Catalogue, Editions de la RMN, 340 pages environ, 390 illustrations, 49€.

- Pour les enfants de 8-12 ans, les éditions Gallimard éditent « Le Petit musée de Picasso », par Béatrice Fontanel. Un coffret très attractif qui réunit un livre (Picasso, l’homme taureau), et une pochette avec des documents évoquant la vie et l’œuvre de Picasso : un carnet de dessins, des portraits de l’artiste, la reproduction du célèbre tableau Guernica, une affiche, une planche de tableaux de Picasso autocollants et une dizaine de lithographies sur les taureaux. 19,90€

C’est autant le bonhomme Picasso qui est mis à l’honneur dans cette exposition énergique, foisonnante, colorée, allant du mieux au pire, que ses 70 années de créativité. Le commissaire a choisi de juxtaposer une centaine de ses toiles et œuvres sur papier avec 300 œuvres contemporaines, correspondant à chaque période stylistique picassienne : cubisme des années 1910, Demoiselles d’Avignon en 1907, portraits de femmes des années 30 et portraits en linogravure de Jacqueline des années 60 ; œuvres exposées au Palais des Papes d’Avignon dix ans plus tard, et gammes érotiques sur le thème de la Fornarina de Raphaël.

Les liens et les tensions entre œuvres inspiratrices et œuvres inspirées sont plus ou moins lâches. D’aucuns pérennisent l’homme sur la toile (Pei Ming Yan, Zeng Fanzhi, Chéri Samba, Erró) ou en sculpture (Maurizio Cattelan) ; d’autres s’approprient ses thèmes, voire son style, sa palette, ses formats. C’est le cas de L’Ombre, 1953 (présent dans l’expo - voir photo) qui inspire les Quatre Saisons, 1985 de Jasper Johns ou des Demoiselles d’Avignon de Mike Bidlo et d’André Raffray – probablement peu connus du grand public. Leurs visages/masques justifient-ils vraiment la présence des masques-bidons du Béninois Romuald Hazoumé accrochés dans la même salle ?
Pour imaginer Guernica, il faut se contenter de l’œuvre d’Adel Abdessemed, Qui a peur du grand méchant loup ?, 2011-2012, et du film de Kusturica qui porte le nom du village espagnol, et traite de l’antisémitisme vu par un enfant. Les documents abondent sur la pétition d’artistes lors de la guerre du Vietnam, demandant à Picasso de retirer la toile du MoMA où elle était entrée en 1939. Il n’y répondit jamais.
Dans la section Picasso Goes Pop (à la Tate Modern, le monde “goes pop” jusqu’au 24 janvier 2016), Roy Lichtenstein et Andy Warhol se partagent les cimaises avec des hommages visuels. Les bad paintings s’inspirent des travaux de Picasso montrés, et mal reçus à Avignon, en 70 et 73. Remarquable clap euphémistique de fin. Décernons une mention particulière pour la vidéo superbe de Rineke Kijkstra mettant en scène des écoliers expliquant un tableau de Picasso hors champ, et dont on comprend vite qu’il s’agit de La Femme qui pleure, 1937.

Une exposition qui attirera les foules avec le seul nom de Picasso, mais qui fera découvrir bon nombre d’artistes contemporains à un public plus porté sur l’art moderne. Belle occasion aussi de découvrir que Picasso est lui aussi contemporain. Et un contemporain dont le talent et la versatilité sont bien au-dessus de ceux de certains de ses émules.

Elisabeth Hopkins

Visuels page expo : Vue de l’exposition Picasso.mania, scénographie bGc studio © Rmn-Grand Palais / Photo Didier Plowy, Paris 2015. Avec au premier plan Picasso par Maurizio Cattelan et à droite, Picasso par Yan Pei-Ming.
Pablo Picasso, L’Ombre (ou La Chambre à coucher de l’artiste dans sa villa La Californie), 29 décembre 1953 Huile et fusain sur toile 129,5 x 96,5 cm, Paris, Musée national Picasso-Paris, dation en 1979 © Succession Picasso 2015 / photo Rmn-Grand Palais (musée Picasso de Paris) / Jean-Gilles Berizzi.
Visuel page d’accueil : Affiche de l’exposition Picasso.mania, © Affiche Rmn-Grand Palais, Paris 2015 / Gjon Mili/The LIFE Premium Collection/Getty Images © Succession Picasso 2015.