Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos à Paris > Archives expo à Paris > Pompéi, un art de vivre > Pompéi, un art de vivre

Pompéi, un art de vivre

mercredi 21 septembre 2011

Du 21 septembre 2011 au 12 février 2012
Musée Maillol
59-61, rue de Grenelle - 75007 Paris
Tous les jours de 10h30 à 19h, y compris les jours fériés
Sauf 25 décembre et 1er janvier
Nocturne le vendredi jusqu’à 21h30
Tarif plein : 11 euros
Tél : 01 42 22 59 58
www.museemaillol.com

- Dans un format original (L 285 x h 230), le catalogue présente le plus souvent en pleine page les objets, sculptures et fresques exposés. Il réunit les contributions des plus grands spécialistes qui ont permis de restituer le modèle de vie de cette incroyable civilisation disparue. 224 pages illustrées. 35€. Co-édition Musée Maillol/Editions Gallimard 2011.

Cette exposition exceptionnelle sur Pompéi est un petit bijou. Par la rareté et la qualité des deux cents œuvres exposées comme par leur mise en scène invitant le visiteur à parcourir les pièces d’une maison pompéienne, chacune ornée de fresques et d’objets.
Ensevelies sous les cendres du Vésuve en l’an 79 de notre ère, et découvertes au 18ème siècle lors des premières fouilles archéologiques, les maisons de Pompéi, comme celles d’Herculanum, ont révélé, malgré leur étonnante petite taille, la modernité et la qualité de leurs infrastructures (eau courante, chauffage, tout à l’égout), le raffinement de leur intérieur. Chaque maison, qu’elle fut riche ou modeste, possédait son jardin où étaient cultivées les plantes utiles à la vie quotidienne, y compris les plantes odorantes pour confectionner onguents et parfums. C’est l’ensemble de cet art de vivre que met en lumière l’exposition rêvée depuis longtemps par Patrizia Nitti, directrice artistique du musée Maillol depuis 2009 et qui travailla de 1986 à 1990 à Pompéi. Une exposition rendue possible grâce aux prêts du musée archéologique de Naples et à des œuvres issues des réserves du site de Pompéi.
En se promenant de l’atrium (entrée) au triclinium (salle à manger), on est impressionné par l’abondance des décorations peintes et des mosaïques, la variété des objets : vaisselle, lampes, statues, fontaine, meubles en bronze, bijoux en or et même fantaisies érotiques. Il est vrai que les règles, en matière de sexe, étaient liées à des considérations sociales, et non morales. Certaines maisons possédaient un venerum, une chambre destinée à la prostitution des esclaves (une source de revenu pour le maître de maison) sur les parois de laquelle sont représentés des couples d’amants dans des positions explicites. Les hommes "pratiquaient" avec insistance, et sans tabou, encouragés par la force symbolique liée au sexe considéré comme source de vie et de joie.
Les pièces choisies pour figurer dans l’exposition ne proviennent pas toutes de la même maison. Et il n’y avait pas, à Pompéi que des maisons regorgeant d’objets précieux. La plus longue frise peinte qui y fut jamais trouvée était dans un endroit très dépouillé. Preuve que l’art de vivre n’était pas réservé aux plus riches.

C.R