Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos en Europe > Archives expo en Europe > Rembrandt. Les Années de plénitude > Rembrandt. Les Années de plénitude

Rembrandt. Les Années de plénitude

dimanche 15 mars 2015

Rembrandt. Les Années de plénitude (Late Rembrandt)
Du 12 février au 17 mai 2015
Rijksmuseum
Museumplein/Museumstraat 1
1071 CJ Amsterdam
Tarif plein : 17,50€
Téléphone +31 (0) 20 6621 440
Tous les jours, de 9h à 17h
www.rijksmuseum.nl

 

- Y aller :
Le Thalys rallie Paris à Amsterdam en 3h30.

 

- Si vous avez une petite faim de gastronome :
RIJKS® est le nouveau restaurant du Musée National. En cuisine c’est Joris Bijdendijk qui est aux commandes, après avoir quitté le restaurant Bridges au Sofitel d’Amsterdam où il a obtenu sa première étoile au guide Michelin. Joris Bijdendijk, "Cuisinator" de TopChef 2013, favori du palmarès, mais éliminé, est aussi un ancien des équipes du Jardin des Sens à Montpellier, où il a travaillé pendant deux ans auprès des frères Pourcel.

Après la National Gallery à Londres (du 15 octobre 2014 au 18 janvier 2015), le Rijksmuseum d’Amsterdam accueille cette exposition unique sur le plus grand peintre de l’Âge d’or hollandais : une centaine de tableaux, dessins et gravures indubitablement attribuables à Rembrandt lui-même.

Rembrandt : Les Années de plénitude est la première exploration approfondie des dernières années de travail de celui qui fit de son prénom son unique signature. Le peintre vit alors des drames personnels, il connaît de grandes difficultés financières, mais il ne cesse de rechercher un nouveau style de peinture, applique des techniques picturales expérimentales comme l’utilisation du couteau à palette. Et loin d’aller en diminuant avec l’âge, sa créativité connait un regain d’énergie. Ce sont les œuvres de ces dernières années, mélancoliques et profondément émouvantes qui forment l’image indélébile que nous avons de l’homme et de l’artiste qu’était Rembrandt.

L’un des points forts de cette exposition qui rassemble des tableaux que Rembrandt a peint à Amsterdam pour la plupart, provenant du monde entier, et qui n’avaient encore jamais été prêtés par leurs propriétaires, est une juxtaposition de plusieurs autoportraits -le peintre en a peint près de 60 au cours de sa carrière-, dont l’Autoportrait avec turban (Musée Mauritshuis, La Haye) et Autoportrait à l’âge de 63 ans (National Gallery, Londres). Réalisés à la fin de sa vie, ils témoignent d’une grande franchise dans l’illustration de son propre vieillissement, de l’évolution de sa technique picturale qui n’est pas émoussée par les années et s’est même intensifiée dans le clair-obscur. D’autres œuvres emblématiques sont sur les cimaises, notamment Les Syndics des drapiers, un grand tableau dans lequel Rembrandt associe avec génie le noir des tenues à la lumière des visages et des cols des six hommes assis autour d’une table et que le peintre semble avoir surpris en pleine conversation. Ou encore La Fiancée juive, portrait d’un couple plein de tendresse qui fit dire à Vincent van Gogh enthousiaste : « quelle intimité, quelle extrême compassion dans ce tableau. »

Malgré l’affluence autour des toiles et des gravures, on ne peut manquer l’impressionnante leçon d’anatomie du Dr Joan Deyman (en train de disséquer le cerveau d’un criminel). Et Le suicide de Lucrèce, l’héroïne romaine qui a préféré se suicider plutôt que de devoir endurer le déshonneur de s’être fait violer et que le peintre a représentée les larmes aux yeux dans un magnifique tableau réalisé en partie à l’aide d’un couteau à palette ; une technique encore peu utilisée. Exceptionnels encore : Femme au bain dans lequel une jeune femme plongée dans ses pensées avance dans ce qui ressemble à un ruisseau, relevant sa chemise blanche et ce Titus au pupitre, un tableau très intime de Rembrandt dans lequel l’artiste a peint son jeune fils en train de rêver, penché sur son pupitre, son matériel d’écriture à ses côtés. Enfin un tableau attire l’attention par son style, il s’agit de l’Apôtre Barthélémy, portrait d’un homme cheveux courts et fine moustache qu’on croirait sorti d’un cadre du 19e siècle. Étonnant !

Catherine Rigollet

- D’autres tableaux de Rembrandt sont exposés dans les collections permanentes du Rijksmuseum, notamment l’immense Ronde de nuit. Des itinéraires pour découvrir dans Amsterdam les lieux ou Rembrandt a séjourné et travaillé jusqu’à sa mort en 1669 sont disponibles auprès du musée.

Visuel page expo : Rembrandt, Titus au pupitre, peinture à l’huile sur toile, 1655. Museum Boijmans van Beuningen, Rotterdam.
Rembrandt, Femme au bain, peinture à l’huile sur panneau (61,8 x 47 cm), 1654. © The National Gallery, Londres.
Visuel vignette : Rembrandt, Self Portrait at the Age of 63 (détail), 1669. The National Gallery, London.