Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos à Paris > Archives expo à Paris > Dalí Fait le Mur > Dali fait le mur

Dali fait le mur

jeudi 11 septembre 2014

Du 11 septembre 2014 au 15 mars 2015
Espace Dalí
11, rue Poulbot - Paris 18e
Tous les jours, de 10h à 18h
Tarif plein : 11,50€
Tel. 01 42 64 40 10
www.daliparis.com

On aurait pensé qu’aujourd’hui légitimés, encensés, et rarement pénalisés, les graffiteurs et artistes urbains ne se laisseraient pas muséifier, encadrer (au sens propre), et cartéliser. C’est pourtant une vingtaine d’entre eux que l’on trouve au fond de l’Espace Dalí, disséminés au milieu des œuvres du maître. Chacun présente une œuvre séduisante – mais nullement provocante – qui fait écho aux grands thèmes daliniens, figures christiques, environnements surréalistes, animaux symboliques, ou à la diversité des techniques du peintre catalan. On passe d’un pochoir d’Artiste Ouvrier aux animaux hybrides aux longues pattes daliniennes de Codex Urbanus, peints à la peinture “anti-graffiti” (auto-dérision ?). Du balayage abstrait dans un camaïeu de bleu de Kool Koor, inspiré ici par la composition de Santiago el Grande, l’un des chefs d’œuvre de Dalí à une toile avec la marque de fabrique de Jérôme Mesnager, le squelettique Bonhomme blanc qui surveille ici, en noir et blanc, un troupeau d’éléphants aux pattes filiformes. Une ou deux œuvres tri-dimensionnelles complètent l’exposition. On suppose que c’est parce qu’elle met en scène de façon amusante la relation entre Dalí et Gala que l’on peut voir Galipette, “œuvre luminocinétique en miroir infini” de Varia Attinelli. Le jour du vernissage, une fois remonté en surface, au soleil, on pouvait voir certains de ces artistes à l’œuvre, côte à côte, pinceau, pochoir, marqueur graffiti ou bombe à la main, sur les panneaux qui leur avaient été réservés. Qu’on se rassure, le street art survit !
Remarque à la commissaire de l’exposition (sœur de Jérôme Mesnager, par ailleurs) : Pourquoi ces cartels blanc sur noir (la combinaison typographique la plus difficile à lire) et placés si bas ?

Elisabeth Hopkins

Visuel page expo : Codex Urbanus - Selfie (Portrait du Codex en Génie), 2014, peinture anti-graffitti, 162 x 114 cm © Espace Dalí.
Visuel page d’accueil : Valeria Attinelli - Galipette, 2014, luminocinétique, 60 x 60 cm © Valeria Attinelli.
Visuel vignette : Speedy Graphito, Dans l‘Oeil de Dalí, 2014, 120x120 cm © Speedy Graphito