L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

"Une sélection des meilleures expositions en France"

Expo en France

Sur les traces des Ducs de Bourgogne

Le musée des beaux-arts de Dijon - qui est accessible gratuitement - est situé dans un ancien palais princier, le seul en France avec le Louvre. Depuis 2008, il fait l’objet d’un colossal chantier de rénovation intérieure et extérieure mené sur dix ans et en deux phases par Éric Pallot (architecte en chef des monuments historiques) et Yves Lion (architecte urbaniste des Ateliers Lion), pour un coût de 60 M€ HT financé par la Ville, le Grand Dijon, le Conseil régional de Bourgogne et l’État pour un tiers. À terme, soit vers 2019, « l’objectif est de permettre de présenter 40% d’œuvres supplémentaires », souligne Sophie Jugie, directrice du musée, soit 3000 à 3500 œuvres visibles au lieu de 2 300. La première tranche achevée concerne le parcours Moyen Âge et Renaissance, ainsi qu’une partie des façades et la cour de Bar, point d’accès au musée. Cette cour de Bar, qui comme la tour éponyme évoque le Roi René, duc de Bar qui fut emprisonné dans les lieux de 1431 à 1436, a échangé ses pavés contre un revêtement en béton et fonte couleur rouille pour répondre à des impératifs d’accessibilité pour tous. L’entrée du musée a été couverte d’un toit d’un alliage de cuivre doré, tout aussi controversé que la cour, mais qui apporte à l’édifice une touche contemporaine et de couleur et dialogue avec les nombreux toits aux tuiles jaunes vernissées de la ville.

Ouvert le 7 septembre 2013, le parcours Moyen Âge et début Renaissance modernisé est abrité dans le palais des ducs de Bourgogne et la galerie de Bellegarde particulièrement bien restaurés. Il nous mène du Ve au XVe siècle avec comme pièce phare les tombeaux des ducs de Bourgogne, Philippe le Hardi et Jean sans Peur, chefs d’œuvre de l’art médiéval avec leurs anges aux grandes ailes dorées et surtout leurs pleurants, ces petites statuettes d’albâtre placées entre les arcatures des tombeaux et qui viennent de faire une tournée internationale durant la rénovation du musée. Une opération de promotion très réussie. Les tombeaux, demeurés dans l’église de la chartreuse de Champmol jusqu’à la Révolution, sont remarquablement mis en valeur dans la haute et immense salle des gardes ornée d’une imposante cheminée blanche sculptée. Admirables aussi les deux retables sculptés, peints et dorés, réalisés par deux artistes flamands pour la chartreuse de Champmol ; un peu à l’étroit tout de même dans la nouvelle salle qui leur est dédiée. Le parcours se poursuit avec le Moyen Age en Europe et plusieurs chefs-d’œuvre de la peinture telle cette Nativité par le Maître de Flémalle, vers 1435 ou encore cette autre huile sur bois représentant l’Empereur Auguste et la Sibylle de Tibur, par Konrad Witz.

L’Italie est en tête en ce qui concerne la Renaissance avec un beau choix de peintures (Lorenzo Lotto, Bernardo Luini, Giorgio Vasari, Le Titien, Jacopo Bassano, Véronèse...) et un ensemble d’objets d’art (majoliques, verrerie, orfèvrerie…). Mais les autres pays ne sont pas en reste comme en témoigne cette Femme nue endormie de Dirk de Quade van Ravesteyn (1570) ou cette Dame à sa toilette de l’École de Fontainebleau (vers 1580) ; des tableaux encore installés dans les parties non rénovées du musée. Elles peuvent s’enorgueillir de peintures de premier plan, notamment du XVIIe (Présentation au Temple de Philippe de Champaigne, Entrée du Christ à Jérusalem et Lavement des pieds de Rubens, Le souffleur à la lampe de Georges de La Tour issu de la donation de Pierre et Kathleen Granville), et leur parcours muséal ne manque pas d’un certain charme qui, on l’espère, sera sauvegardé lors de la deuxième phase de restauration du musée, prévue entre 2015 et 2019.

Catherine Rigollet

Visuel page expo : Cour de bar (détail).
Salle des tombeaux et Tombeau de Philippe le Hardi, (détail des pleurants sous les arcatures) © Musée des beaux-arts de Dijon, photo François Jay.
Visuel page d’accueil : Dirk de Quade van Ravesteyn, Femme nue endormie, vers 1608 © Musée des beaux-arts de Dijon, photo François Jay.

Archives des expos en France
spacer


Musée des Beaux-Arts
Palais des États de Bourgogne – 21 033 Dijon
Ouvert tous les jours, sauf mardi
De 10h à 18h (du 2 mai au 31 octobre)
De 10h à 17h (du 2 novembre au 30 avril)
Tél. 03 80 74 52 70
Accès gratuit aux collections permanentes
www.mba.dijon.fr
 
Sur les traces des Ducs de Bourgogne
On peut poursuivre la visite des salles médiévales et Renaissance du musée de Dijon par un voyage sur les traces des Ducs de Bourgogne qui se succédèrent à la fin du Moyen Age : Philippe le Hardi (de 1363 à 1404), Jean sans Peur (de 1404 à 1419), Philippe le Bon (de 1419 à 1467) et Charles le Téméraire (de 1467 à 1477). Quatre « princes » qui firent de la Bourgogne un riche et fascinant foyer culturel et artistique, et une terre d’élection pour le pinot noir.
- À voir notamment : l’Hôtel des ducs à Beaune qui abrite le Musée des vins de Bourgogne, le château de Germolles résidence campagnarde des ducs, et de nombreux châteaux tels Châteauneuf-en-Auxois, Talmay, Gilly-les-Cîteaux, Commarin, La Rochepot, Couches, Bazoches, et des villes comme Semur-en-Auxois, Avallon et Noyers, charmante petite bourgade cerclée de murailles et de tours, nichée dans une boucle du serein et qui compte encore un grand nombre de maisons médiévales.