Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos en France > Archives expo en France > Trésors royaux. La bibliothèque de François Ier > Trésors royaux. La bibliothèque de François Ier

Trésors royaux. La bibliothèque de François Ier

lundi 6 juillet 2015, par cath

Du 4 juillet au 18 octobre 2015
Château royal de Blois - 41 000 Blois (Loir et Cher)
Ouvert tous les jours, de 9h à 19h (juillet-août), de 9h à 18h30 (septembre), de 9h à 18h (octobre).
Plein tarif (avec visite du château) : 10 €
Spectacle d’escrime « Le Livre de la discorde » compris dans le prix d’entrée du 13 juillet au 16 août (à 11h30, 16h et 17h30).
www.chateaudeblois.fr

En cette année anniversaire de l’avènement de François Ier et de la victoire de Marignan, s’il est une exposition à ne pas manquer, celle inaugurée début juillet au château de Blois n’est pas loin de recueillir la majorité des suffrages. Certes ici, pas d’échos de batailles ou d’exotisme de grandes découvertes, mais la représentation fastueuse d’un des moments-clés de notre histoire culturelle : l’établissement de la bibliothèque royale de France à la charnière du Moyen Âge et de la Renaissance dans les premières décennies après l’invention de l’imprimerie.

Outre les charmes du Val de Loire et du château de Blois, l’attrait de l’exposition Trésors royaux. La bibliothèque de François Ier, qui doit forcément beaucoup au partenariat exceptionnel de la Bibliothèque nationale dont sont issues 90 % des 140 pièces présentées, repose sur des ouvrages rarement, voire jamais montrés : le Recueil des cartes géographiques de François d’Angoulême, futur François Ier (1504-1515), le Livre des merveilles de Marco Polo (1410-1412), les Grandes heures d’Anne de Bretagne (1508), les Heures de Louis de Laval (1470-1480), réputé comme le manuscrit le plus enluminé au monde, un exemplaire du Roland furieux (Orlando Furioso, 1516) envoyé à François Ier par l’Arioste lui-même, l’évangéliaire de Charles le Chauve (IXe siècle) relié aux armes de François Ier ou encore une des vingt reliures brodées de la Renaissance encore répertoriées dans le monde... Des « trésors royaux » sans l’ombre d’un doute !

Même si les trois salles de l’exposition sont assez exigües (mais climatisées !), le parcours de l’exposition chronologique et thématique montre la constitution progressive de la « librairie » royale, qui a plus à voir avec une collection qu’avec une bibliothèque d’étude, de l’héritage des Angoulême au cabinet privé du roi. Il faut bien noter que la bibliothèque royale n’abrite que 2000 volumes, certes d’une richesse de composition et d’une taille presque toujours impressionnantes, auxquels il convient d’ajouter le millier de volumes de la bibliothèque personnelle du roi. On s’étonnera aussi de la part essentiel que prennent les ouvrages manuscrits et enluminés, ce qui reflète la persistance du goût médiéval dans cette époque d’affirmation de la Renaissance. Renaissance qui s’impose peu à peu avec l’arrivée importante d’imprimés vénitiens et de manuscrits en langue grecque dans la bibliothèque royale. Reliures, vélins, enluminures, formats hors norme sont autant de sources d’émerveillement tout au long de cette exposition.

Le multimédia et la médiation culturelle ne sont pas négligés puisque trois bornes numériques permettent de feuilleter les ouvrages les plus remarquables exposés et que des flash codes, placés sur les vitrines, renvoient à Gallica, la bibliothèque en ligne de la BnF où sont numérisés en haute définition et en couleur la plupart des volumes présentés. Un parcours ludique et informatif est réservé aux enfants, Du parchemin à l’e-book de François Ier, qui leur permet de découvrir l’environnement historique et artistique de l’époque, les techniques liées à la confection des livres manuscrits et imprimés. Bref, une exposition idéale pour des vacances en famille en Val de Loire !

Jean-Michel Masqué

Visuels page expo : Sébastien Brant, La nef des fous, Paris : Antoine Vérard, 1498, enluminée par François Le Barbier fils. Exemplaire de Louis XII, prélevé par François Ier pour sa bibliothèque personnelle – BnF, Réserve des livres rares, Vélins 607 © BnF.
Paraphrase d’Érasme sur l’Évangile selon saint Matthieu, 1539 ; enluminé à Paris par Noël Bellemare – BnF, Manuscrits, Français 934 © BnF
Visuel page d’accueil du site : Portrait équestre de François Ier (détail), copie du XVIIe siècle, d’après un original du XVIe siècle – BnF, Estampes et photographie – RESERVE OA-16-Fol © BnF