Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos en Europe > Archives expo en Europe > El Greco, moderne maniériste > BRUXELLES. El Greco, moderne maniériste

BRUXELLES. El Greco, moderne maniériste

jeudi 11 février 2010

El Greco, Domenikos Theotokopoulos. 1900
Du 4 février au 9 mai 2010
Palais des Beaux Arts
www.bozar.be

Considéré comme l’un des peintres fondateurs de l’École espagnole, El Greco (1541-1614) n’a pourtant pas toujours joui de ce statut souverain. Malgré une carrière couronnée de succès, son style dramatique et expressionniste fut accueilli par ses contemporains de manière partagée. De plus, aux environs de 1614 – année de sa mort –, les goûts changent. L’Europe se prend de passion pour le caravagisme, style naturaliste en vogue aux antipodes de son génie maniériste. Très vite après sa mort, son œuvre passe de mode, traversant les siècles dans un relatif oubli. L’art d’El Greco est désuet et n’est plus apprécié. Il faudra attendre le début du XXe siècle pour que l’avant-garde artistique moderne ne le remette à l’honneur. Cette redécouverte est due à trois personnalités clefs de la scène culturelle espagnole de l’époque ! : l’historien de l’art Manuel Bartolomé Cossío (qui en 1908, publie une monographie de El Greco), le marquis de Vega Inclán (qui érige à Tolède en 1910 un musée à sa gloire) et le photographe Mariano Mereno. La renommée du peintre s’enfle aussi vite qu’elle ne s’était éteinte. De nos jours, il est reconnu comme un génie dans l’histoire de l’art et son influence sur les peintres contemporains reste vive comme en témoigne l’œuvre de Gérard Garouste. A travers une quarantaine d’œuvres, cette exposition raconte l’extraordinaire découverte de ce peintre, près de 400 ans après sa mort. La sélection de peintures intègre Les larmes de saint Pierre et le très surprenant Le Christ dépouillé de ses vêtements. Le point d’orgue de l’exposition est sans nul doute l’ultime série des Apôtres - considéré comme le testament artistique d’El Greco -, qui, de par ses formes libérées et ses couleurs vives, apparaît étonnamment moderne.

L’exposition comprend essentiellement des oeuvres issues du Museo del Greco mais aussi des prêts du Patrimonio Nacional, Museo Nacional del Prado, Archidiócesis de Toledo et du Museo de Santa Cruz Toledo.