Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos à Paris > Archives expo à Paris > Boîtes en or et objets de vertu au XVIIIe siècle > Boîtes en or et objets de vertu au XVIIIe siècle

Boîtes en or et objets de vertu au XVIIIe siècle

jeudi 22 décembre 2011

Du 21 décembre 2011 au 6 mai 2012
Musée Cognacq-Jay
8, rue Elzévir 75003 Paris
Tarif plein : 5€
Tous les jours, sauf lundi, de 10h à 18h
Tél. 01 40 27 07 21
www.cognacq-jay.paris.fr

 

 

- Le catalogue présente la collection complète des 260 tabatières, boîtes à mouches, à rouge, drageoir, étuis... conservés au musée Cognacq-Jay. 552 pages. Editions Paris-Musées. 44€

Tabatières, drageoirs, bonbonnières, boîtes à mouches, étuis à cire à cacheter, étuis à tablettes à écrire, nécessaires à ongles, flacons à sels… Ernest Cognacq a légué au musée qui porte son nom une collection de quelques 260 boîtes et "objets de vertu", expression mystérieuse pour de menus bibelots précieux, remarquables par leur diversité et leur qualité. La publication du catalogue raisonné de cette collection est l’occasion de montrer au public ces véritables bijoux. Le plus fréquemment en or, enrichis de pierres précieuses (diamant le plus souvent), d’émaux, de peintures sur ivoire, d’écaille, de nacre, de cheveux tissés, on en trouve aussi en porcelaine, laque, cristal, écaille ou ivoire. Leurs formes aussi varient. Si les plus courantes sont rondes, carrées ou ovales, les orfèvres-bijoutiers en ont imaginés, peut-être à la demande précise de leurs riches clients, en forme de lanterne, de dromadaire, de tête, de violon, de bébé emmailloté, de jambe ornée d’une fine jarretière en or, ou de pistolet. Celui de la collection Cognacq est l’une des oeuvres les plus amusantes avec son mécanisme qui, quand on tire, fait surgir la pomme du vaporisateur au coeur d’une tulipe en or émaillé. L’orfèvre Jean-François Bautte (1772-1837) s’en était fait une spécialité.

Qu’ils soient à usage domestique ou de cadeaux, ce sont tous des objets précieux et le XVIIIe fut leur siècle d’or. Entre la fin du XIXème et le début du XXème siècle, Peter Karl Fabergé et Alfred Cartier poursuivront la mode et on assistera à un renouveau du goût pour ces précieux objets au début du XXème siècle, sous l’influence de l’Art nouveau et de l’Art déco. Au fil d’un parcours qui explique les techniques de fabrication et met à l’honneur les orfèvres européens les plus talentueux, l’exposition présente une sélection exceptionnelle de quelques 180 boîtes avec des pièces rares et luxueuses et beaucoup d’objets pleins de fantaisie et d’une iconographie très symbolique et suggestive.

C.R