Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos à Paris > Archives expo à Paris > Pissarro, Impressions gravées > Camille Pissarro, Impressions gravées

Camille Pissarro, Impressions gravées

vendredi 1er avril 2011

Du 27 mars au 3 juillet 2011
Musée Camille Pissarro
17 rue du Château - 95300 Pontoise
Ouvert du mercredi au dimanche
De 14h à 18h
Entrée libre
Tél. 01 30 38 02 40

Sur l’œuvre gravé de Pissarro qui compte quelques 194 estampes – non compris les monotypes -, une bonne moitié a été réalisée durant la période pontoisienne de l’artiste. C’est à l’aube des années 1860 que Pissarro grave ses premières planches, des eaux-fortes réalisées à la pointe par un système classique de hachures et inspirées de Corot. Il faut attendre ensuite 1873 pour retrouver des estampes dans l’œuvre de Pissarro. C’est l’installation par le Docteur Gachet (lui-même graveur sous le nom de Paul van Ryssel) d’un atelier et d’une presse dans sa maison d’Auvers-sur-Oise qui donne ainsi le prétexte à ces retrouvailles. Pissarro grave alors en compagnie de Guillaumin et de Cézanne des eaux-fortes, Les coteaux à Pontoise, le Paysage avec pommiers, la péniche de L’Oise à Pontoise, que l’on pourrait croire faites sur le motif. Après une très courte interruption entre 1876 et 1878, il reprend la gravure avec un esprit plus expérimental et entreprend une fructueuse collaboration avec Degas qui l’initie aux possibilités offertes par les encrages libres allant jusqu’à tirer en couleur quelques-unes des planches de Pissarro. Les deux artistes décident alors d’associer autour d’un projet de revue, Le Jour et la Nuit, Mary Cassatt, qui sera avec Pissarro et Degas, l’une des grandes figures de l’estampe impressionniste, mais aussi d’autres graveurs réputés aux marges de l’Impressionnisme comme Félix Bracquemond ou Henri Guérard. Un projet qui ne verra pas le jour. Mais pour Pissarro cela aura été une expérience enrichissante et il va désormais faire de la gravure un laboratoire expérimental, ce qu’il appellera ses “impressions gravées”. Le musée Camille Pissarro a constitué en une trentaine d’années, un bel ensemble d’eaux-fortes originales du maître.