L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Le site des meilleures expositions à Paris, en France et en Europe et des portraits d’artistes
spacer

Circulation(s). Festival de la jeune photographie européenne

Pour sa 9e édition, la programmation de ce rendez-vous photo dédié à la jeune photographie européenne a été confiée cette année à une nouvelle équipe constituée de François Cheval et Audrey Hoareau, fondateurs de Red Eye après leurs départs du Musée Nicéphore Nièpce. Dans une scénographie repensée, sobre (parfois austère), ils ont réuni une trentaine d’artistes autour de cinq thématiques : Archives (le destin posthume des images) /Corps et Souffrances / Paysages et Nature (entre constat et néo-romantisme) / Territoires (signes et identités) / Document & Narration, complétées par un focus sur la Roumanie. Le lien entre ces six parties ? Aucun, sinon la mise en évidence de la diversité du panorama photographique européen et de la singularité de chaque artiste, de leur regard, de leur centre d’intérêt et de leur style.
Nous avons particulièrement retenu : Unwanted (Paysage et nature) de la russe Anna Cherednikova (qui vit à Arles) qui s’est intéressée aux mauvaises herbes grandissant dans des lieux où rien ne devrait pousser. Minimal Republics (Territoires) de l’Espagnol Ruben Martin de Lucas et sa série de mini-états éphémères, chacun de 100m², délimité par une frontière virtuelle et habité, durant 24h, par un seul habitant, lui-même ; une réflexion sur l’artificialité des frontières et leur absence de pérennité. Le perturbant Form & Function (Corps et souffrances) de Chloe Rosser (GB) avec ces corps photographiés dans des postures contorsionnées les rendant inhumains. Ou encore Diagnosis (Document & Narration) de l’Allemand Emile Ducke, un reportage sur ces trains médicaux équipés d’appareils et de laboratoires et financés par le gouvernement pour aller soigner des populations de Sibérie n’ayant pas accès aux soins spécialisés.
Dans son focus sur la Roumanie, Circulation(s) flashe sur quatre photographes. Iona Cîrlig montre dans Post-Industrial stories l’état de délabrement économique et social de villes industrielles autrefois prospères sous le communisme. Les frères Mihai et Horatiu Şovăială exposent Reacknowledged Structures : Models, une série de diapositives qui servaient dans les années 1970 d’outils d’apprentissage des langues, tout en valorisant les bienfaits du communisme dans le domaine de la santé ou de l’éducation notamment. Dès le début de ses études d’ethnologie, Felicia Simion (25 ans) a entrepris de constituer des archives visuelles de coutumes et de manifestations folkloriques de la Roumanie rurale contemporaine. Des images d’aujourd’hui qui semblent dater d’hier.
Comme chaque édition, le jeune public bénéficie d’une exposition « à sa hauteur », avec les mêmes séries, mais adaptées, présentées sur panneaux et complétées de jeux. Circulation(s) poursuit aussi son développement hors les murs en affichant des œuvres de ses artistes à la Gare de l’Est, au centre photographique de Clermont-Ferrand (Hôtel Fontfreyde) et jusqu’à Bucarest cette année, à l’occasion de l’événement France-Roumanie.
Catherine Rigollet
Visuels : Anna Cherednikova, Unwanted (Paysage et nature). Ruben Martin de Lucas, Minimal Republics (Territoires). Chloe Rosser, Form & Function (Corps et souffrances). Iona Cîrlig, Post-Industrial stories (Focus Roumanie).

Du 20 avril au 30 juin 2019
CentQuatre
5, rue Curial 75019
Tarif plein : 6 €
Gratuit dans la Nef Curial
www.festival-circulations.com