Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos à Paris > Archives expo à Paris > Claude Cahun, rétrospective > Claude Cahun, rétrospective

Claude Cahun, rétrospective

mardi 24 mai 2011

Du 24 mai au 25 septembre 2011
Jeu de Paume
1 place de la Concorde - 75008
Mardi de 12h à 21h
Du mercredi au vendredi de 12h à19h
Samedi et Dimanche de 10h à 19h
Fermeture le lundi
plein tarif : 8,50 €
Tél. 01 47 03 12 50
www.jeudepaume.org

Intimiste, largement autobiographique, poétique et surréaliste, l’œuvre de Claude Cahun frappe par sa force et son originalité. Ce sont sans doute les autoportraits de cette artiste, (née Lucy Schwob à Nantes 1894- Jersey 1954), à la fois écrivain, femme de théâtre et photographe qui suscitent le plus d’intérêt. Elle s’y sert de sa propre image pour démonter un à un les clichés associés à l’identité. Elle pose devant l’objectif avec un sens aigu de la performance, se travestissant, se déguisant, rasant son crâne, jouant sur l’ambigüité féminin-masculin, mais toujours concentrant l’objectif sur son visage. Elle semble ainsi se chercher des identités, se perdre, brouiller les pistes ou se réinventer à travers la photographie ; bousculant les conventions dans ce jeu de métamorphoses. On ne peut pas vraiment comprendre l’itinéraire personnel de Claude Cahun sans évoquer la complicité de son amante et compagne, Suzanne Malherbe, mieux connue sous son nom d´artiste Moore, et leur engagement politique contre le nazisme (résistantes, elles seront arrêtées et emprisonnées). L’image-choc de Claude Cahun, serrant entre ses dents un insigne nazi, comme un certain nombre de documents (tracts, pamphlets, témoignages) présentés dans une vitrine dans l’exposition témoignent de ce parcours militant. Longtemps méconnue, l’œuvre photographique de Claude Cahun est révélée lors d’expositions à Nantes en 1994 et au musée d’art moderne de la ville de Paris en 1995, s’imposant alors comme l’une des plus originales et des plus fortes de la première moitié du XXe siècle. Avec une sélection de près de 140 photos accompagnées d’une riche documentation, l’exposition qui lui est consacrée s’attache à mettre en évidence la dimension particulièrement novatrice de ces recherches et de ses procédés plastiques et symboliques (agencement scénique, superposition de clichés, photomontage). Son œuvre littéraire révèle une personnalité toute aussi originale et profondément libertaire.

Catherine Rigollet