Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos à Paris > Archives expo à Paris > Félix Ziem. J’ai rêvé le beau > Félix Ziem. J’ai rêvé le beau

Félix Ziem. J’ai rêvé le beau

vendredi 15 février 2013

Félix Ziem. J’ai rêvé le beau
Du 14 février au 4 août 2013
Petit Palais
Avenue Winston Churchill – 75008 Paris
Du mardi au dimanche, de 10h à 18h
Nocturne le jeudi jusqu’à 20h
Plein tarif : 6€
(entrée gratuite dans les collections permanentes)
Tél. 01 53 43 40 00
www.petitpalais.paris.fr

 

- Le musée Ziem à Martigues présente en permanence des œuvres de l’artiste, mais aussi des peintures de l’école de Marseille de 1850 à 1925.

L’eau et le ciel occupent une place prédominante dans les paysages lumineux de Venise, de Martigues ou d’Orient qui ont fait la renommée de Félix Ziem (1821-1911). Mais cet artiste qui signait souvent d’un simple Z vif comme un coup d’épée, se révèle dans cette exposition bien plus intéressant que ses innombrables vues (peu renouvelées) de la Sérénissime pouvaient le laisser imaginer. On y découvre un solide gaillard qui vécu jusqu’à 90 ans en multipliant les voyages, un excellent dessinateur et aquarelliste qui a rempli des dizaines de carnets de croquis et peint avec beaucoup de vivacité des petits paysages pré-impressionnistes, croqués sur le motif avec ses amis de Barbizon. Comme Jean-François Millet ou Théodore Rousseau, il trouve ses sujets dans la campagne et dans la forêt qu’il parcourt en roulotte atelier. Rapidement brossés, ces vieux chênes, étangs, sentiers herbeux, ciels nuageux, lui servent surtout d’éléments pour construire de grands tableaux à l’atelier, mais ils ont une vivacité du trait, une spontanéité du ressenti qui en font des œuvres à part entière, chargées d’émotions et de sensations.

Artiste prolixe, dont la carrière soutenue par des marchands d’art actifs fut une belle réussite commerciale, Ziem laisse plus de 10 000 dessins et 6000 peintures. Le Petit Palais, qui a bénéficié d’une importante donation Ziem en 1905, expose une centaine d’œuvres. Des grands tableaux de Venise et d’Orient bien sûr dans lesquels Ziem tente d’imiter les couchers de soleil de Turner, mais noie trop souvent ses ciels dans d’artificiels effets de rouge. Et surtout, belle découverte de cette exposition, beaucoup de petits paysages de l’époque Barbizon sur panneaux de bois, des aquarelles et de nombreux dessins. Car avant d’être peintre, Ziem est un aquarelliste, et plus que de simples études, ses aquarelles sont des œuvres achevées. Quant à ses carnets de voyages, la multiplicité des techniques employées fait écho à la diversité des lieux visités par le peintre-voyageur. Les commissaires, Isabelle Collet et Charles Villeneuve de Janti, ont eu la bonne idée de projeter sur écran une série de croquis issus des carnets de Ziem, pour nous permettre de profiter de ces belles pages impossible à feuilleter.

Organisé de manière thématique, le parcours de l’exposition met l’accent sur l’importance des voyages dans la vie et la carrière du peintre. L’Italie –notamment Venise où il se rendra une vingtaine de fois-, mais aussi la Turquie, la Grèce, l’Egypte, la Russie, l’Angleterre, la Hollande, etc. Puis on découvre sa fructueuse période Barbizon, sa découverte du Midi devenue sa terre d’élection, et enfin Montmartre où il fait construire une maison en 1853. Pour autant, Ziem n’aimera jamais Paris. Il y séjourne par nécessité, entre deux voyages, pour rencontrer ses marchands et exposer au Salon. La capitale ne lui inspirera que quelques rares œuvres, comme des vues de l’Arc de Triomphe et de l’Avenue des Champs-Elysées devenue très à la mode à l’occasion de l’exposition universelle de 1855. Ziem, né à Beaune, s’est entiché des bords de la Méditerranée découverts dans sa jeunesse. Et c’est principalement à Martigues qu’il reviendra le plus régulièrement, dans une maison achetée en 1861, où il a installé un décor de mosquées et de minarets pour continuer à réinventer l’Orient.

Catherine Rigollet

Visuel page expo : L’Avant-port de Martigues, 1841 – 1899. Félix Ziem (1821-1911). Aquarelle sur papier 22.2x34.8 cm. Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, Petit Palais © Petit Palais / Roger-Viollet.
Visuel vignette : Portrait de Félix Ziem, 1850 – 1870 (détail). Louis Gustave Ricard (1823-1873). Huile sur toile. Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, Petit Palais © Petit Palais / Roger-Viollet