L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Le site des meilleures expositions à Paris, en France et en Europe et des portraits d’artistes
spacer

Fondation d’Entreprise Galeries Lafayette

Lieu de création, de production et d’exposition dédié à l’Art, la Fondation qui a ouvert ses portes le 10 mars 2018, au cœur du Marais, a vocation à soutenir les artistes contemporains et la création dans ses expressions les plus actuelles : des arts plastiques à la mode, du design aux arts vivants.


Simple mais élégante. Après les projets pharaoniques d’autres fondations parisiennes, on pouvait se demander ce que nous réserverait l’inauguration de Lafayette Anticipations-Fondation d’Entreprise Galeries Lafayette. Rem Koolhas signe ici son premier bâtiment parisien, niché derrière le BHV, et transforme un entrepôt du 19e siècle en une tour d’acier et de verre, toute en lumière, transparences et reflets derrière une façade soigneusement préservée. Les sols sont mobiles le long de crémaillères et permettront une grande flexibilité dans les accrochages futurs. Se donnant pour but « d’être utile aux artistes », la Fondation leur offre un lieu de création, de fabrication (au sous-sol une vaste atelier est équipé de machines sophistiquées), et d’exposition.
La première exposition, un « geste », est-il précisé, est due à Lutz Bacher, artiste conceptuelle américaine (née en 1962, travaille à New York). Grande utilisatrice du ready made dans ses installations, sculptrice et vidéaste, elle offre ici The silence of the sea, une installation de monumentales vidéos, de paillettes disséminées sur les sols, de feuilles transparentes mais réfléchissantes sur les baies vitrées et d’une tonitruante sonorisation qui n’est que la rumeur du vent dans le micro de sa caméra. Sur les écrans, des vues des plages du Cap Ferret, ponctuées de vestiges silencieux de blockhaus allemands. Subversion du roman de Vercors peut-être, la famille silencieuse française transformée en structures de béton allemandes impassibles et muettes sur fonds d’océan gris ou bleu. Œuvres méditatives sur le passage du temps, sur l’impact trop durable de l’homme sur la nature, voire sur l’infini des horizons, contraste amusant avec l’horizon urbain rapproché qui se devine ou se réfléchit sur les baies du nouveau bâtiment (jusqu’au 30 avril 2018).
Au sous-sol, dans une petite pièce ou il faut être accompagné, l’œuvre secrète de Camille Blatrix. Accroché au mur blanc un objet/machine à tubulure verticale, et un orifice rouge expirant un « flux incessant d’esprit poétique ». Ah bon ! Car l’artiste se plait à détourner les objets de notre quotidien pour en faire un objet esthétique pour le regardeur. Ici c’est le puits de géothermie utile au bâtiment qui fait référence. Mais bien peu d’émotion malgré la mise en scène.
Un petit tour à la boutique à la scénographie luxueuse, avant de souhaiter pour ce beau cadre discret une programmation à la hauteur.
Elisabeth Hopkins

9 rue du Plâtre - 75004 Paris
Lundi, mercredi, dimanche, de 11h à 20h
Jeudi, vendredi, samedi, de 11h à 22h
Fermé le mardi.
Entrée : 5€ jusqu’au 30 avril 2018
Puis, 8€
Rez-de-chaussée, restaurant et boutique en accès libre.
www.lafayetteanticipations.com/fr