Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos en France > Archives expo en France > Joan Mitchell. Retour à Giverny > GIVERNY. Joan Mitchell

GIVERNY. Joan Mitchell

mercredi 2 septembre 2009

Joan Mitchell, peintures
Du 23 août au 31 octobre 2009
Musée des Impressionnistes
Tous les jours, sauf lundi, de 10h à 18h
Tél. 02 32 51 94 65
www.mdig.fr<span

En 1967, la peintre américaine Joan Mitchell (1926-1992) qui vit déjà en France depuis 1959 achète une maison à Vétheuil, à quelques kilomètres de Giverny. Claude Monet y vécut aussi plusieurs années avec sa famille et y peignit plus d’une centaine de toiles représentant le village, la Seine et l’église. La maison de Joan Mitchell, qui y séjourna avec son compagnon Jean-Paul Riopelle, est visible juste au-dessus de l’ancienne maison de Claude Monet. Comme lui, elle a ancré sa pratique dans l’observation de la nature, l’intérêt pour la lumière et la couleur. C’est à partir de 1967 qu’elle va peindre ses grands polyptiques qui doivent être vus à distance, « comme une seule peinture » insiste-t-elle. Si vivre à Vétheuil la rattache à la tradition impressionniste, sa peinture est devenue abstraite depuis le début des années 1950, date à laquelle elle rejoint les artistes de New York School : Jackson Pollock, Willem de Kooning, Franz Kline. Lumineuse et lyrique, la peinture de Mitchell est constituée d’une pulvérisation de signes et de taches de couleur entre l’Action painting et les Nymphéas de son illustre voisin (d’immenses toiles qui évoquent les derniers tableaux de Monet. Même si l’artiste américaine l’a toujours nié). C’est aussi à Vétheuil qu’elle réalisera la série des Tournesols en hommage à Vincent Van Gogh qu’elle admira, tout comme Cézanne. Composée de plus de trente toiles monumentales provenant de France et des États-Unis, cette exposition donne un bel aperçu de l’oeuvre de Joan Mitchell de 1950 à 1992 et permet une confrontation unique de sa peinture panoramique avec les paysages qu’elle a contemplés puis emportés dans sa mémoire, préférant les traces qu’ils laissent en elle et les sentiments qu’ils lui inspirent.

C.R