Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos en Europe > Archives expo en Europe > Giuseppe Penone > Giuseppe Penone. « Des veines, au ciel, ouvertes »

Giuseppe Penone. « Des veines, au ciel, ouvertes »

dimanche 24 octobre 2010

Du 31 octobre au 13 février 2011
MAC’s - Site du Grand-Hornu
Belgique (à proximité de Mons)
Ouvert tous les jours sauf lundi
De 10h à 18h
Tél. : +32(0)65/65.21.21
www.mac-s.be

La figure de l’arbre, centrale dans l’oeuvre de Giuseppe Penone, occupe également une place importante dans l’exposition du Grand Hornu. La longue salle-pont du MAC’s, dont le sol est entièrement recouvert de peaux animales, sert d’écrin à Matrice de sève, la coupe longitudinale d’un arbre dans lequel a été dégagé avec la patience d’un archéologue (suivant un anneau de croissance précis) l’image fossile de cet arbre plus jeune de quelques années. Dans ce creux à ciel ouvert, comme pour rappeler le sang humain, est coulée une résine végétale rougeâtre.
L’arbre, qui apparaît aussi dans Peau de feuilles (2007), un bronze acquis par le MAC’s, et dans Bifurcation (1987), une fontaine installée dans le parc du Grand-Hornu, se retrouve aussi sous une forme encore fossile dans la série Mine (1989-1990) constituée d’ardoises tracées au graphite, ce carbone cristallisé qui est à la fois la matière des mines de crayon et, sous une forme moins pure, celle des veines de charbon. Intitulée poétiquement Des veines, au ciel, ouvertes, en référence à l’anatomie des arbres écorchés par Giuseppe Penone comme à la géologie des anciennes mines de charbon du Grand-Hornu, cette exposition monographique imaginée par Laurent Busine en collaboration étroite avec le sculpteur italien est, après Creuser la mémoire de la boue (Palais des Beaux-Arts de Charleroi, 1986), la seconde opportunité de découvrir en Belgique un ensemble conséquent et cohérent d’oeuvres de cet artiste qui débuta sa carrière internationale à la fin des années 1960 au sein du mouvement Arte Povera.