L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

spacer

La galerie de l'Agora des arts

Isabelle Gabach - Chargée de la programmation de l’Abbaye de Maubuisson-Centre d’art contemporain

Isabelle Gabach, dir. adjointe Abbaye Maubuisson
François-Daireaux-Goodbye
ORLAN-Unions mixtes
Jan-Kopp-La-Courbe-de-la-ritournelle
Emmanuelle-Villard-Artifici-Finti
Vincent-Lamouroux-Néguentropie
Koichi-Kurita-Mille-terres
Ken-Julia-Yonetani-Un-autre-rêve
Regis-Perray-L'abbaye-fleurie
Stephane-Thidet-Desert
Hicham-Berrada-74803-jours

Exposition Hicham Berrada prolongée jusqu’au 24 juin, recrutement de Marie Menestrier à la direction générale depuis janvier 2018, réaménagement de salles et ouverture en 2020 de résidences d’artistes, ça bouge à l’Abbaye de Maubuisson. Isabelle Gabach, directrice adjointe chargée de la programmation revient sur une aventure commencée il y a seize ans et qui a su marier, souvent avec audace, patrimoine religieux et création contemporaine. Une belle réussite.

- Quand est né ce projet d’art contemporain à Maubuisson ?
Propriété du Conseil départemental du Val d’Oise, le domaine de Maubuisson abrite les bâtiments et vestiges de l’ancienne abbaye cistercienne « Notre-Dame-la-Royale » fondée en 1236 par la reine Blanche de Castille. À partir de 2002, l’abbaye de Maubuisson a décidé de produire des expositions d’art contemporain, d’abord des expositions collectives, puis, dès 2004, monographiques, pour donner à voir un seul et même univers. Parmi eux : Stéphane Thidet, Régis Perray, Ken et Julia Yonetani, Koïchi Kurita, Vincent Lamouroux, Jan Kopp, ou Orlan.

- Quelles sont les grandes étapes de votre parcours ?
Je suis diplômée d’une Maîtrise d’archéologie en Antiquités classiques, complétée d’études d’histoire de l’art avec un Diplôme universitaire des métiers du patrimoine à Lyon et un deuxième cycle de muséologie à l’École du Louvre. Je suis arrivée en juin 2002 à Maubuisson comme adjointe de Caroline Coll-Seror, puis après son départ en janvier 2011, directrice par intérim, jusqu’à l’arrivée le 2 janvier 2018 de Marie Menestrier, nouvelle directrice générale, chargée du projet économique et entrepreneurial de Maubuisson, précédemment en charge du Numeric Lab, incubateur pour start-up innovantes implanté au Centre des arts d’Enghien-les-Bains.

- Comment choisissez-vous les artistes ?
J’ai besoin d’être convaincue par les artistes pour les programmer à Maubuisson. Il y a de nombreux artistes dont j’aime le travail, mais que je n’inviterai pas à l’abbaye car il faut qu’ils aient quelque chose à raconter par rapport au lieu. Il faut qu’ils travaillent sur les questions d’architecture, de patrimoine, d’espace, de temporalité, de paysage, de nature...Et qu’ils soient confirmés. Hicham Berrada (né en 1986) est le plus jeune artiste que nous ayons programmé, mais il a fait de nombreuses expositions personnelles et collectives : au MAC/VAL, au Palais de Tokyo, au CENTQUATRE, à la galerie Kamel Mennour qui le représente, mais encore au Fresnoy, à la Biennale de Lyon, au PS1 à New York, etc. Avec « 74 803 jours », l’artiste a placé la nature et le paysage au cœur de son projet, en s’appuyant sur une pratique à mi-chemin entre l’art et la science. Ces trois nouvelles installations sont comme des paysages chimiques en constante évolution, rythmant l’exposition de plusieurs images d’une nature en mouvement. L’épreuve du temps et de la conservation, voilà une belle résonance avec Maubuisson.

- Peu de femmes jusqu’à maintenant ? 5 sur 22 artistes : Julia Yonetani, Emmanuelle Villard, ORLAN, Olga Kisseleva et Anne Deguelle. Quelle est l’explication ?
Cette proportion correspond aussi à la représentation des femmes sur la scène artistique. Mais la question du genre ne se pose pas pour moi. Je regarde le travail avant tout. Peut-être aussi celui des femmes est-il moins en adéquation avec le choix de Maubuisson d’exposer essentiellement des installations.

- Exposer des artistes dont les œuvres sont conçues spécifiquement pour le lieu, dans un dialogue constant entre patrimoine et création contemporaine, est le concept depuis le départ. Est-ce toujours d’actualité ?
Le projet artistique n’a pas changé et a été à nouveau validé par le Conseil départemental. Au moins jusqu’en 2019.

- Les artistes produisent-ils spécifiquement pour leur exposition à Maubuisson ?
Oui. La seule exception fut celle de Ken et Julia Yonetani en 2014-2015. Leurs œuvres entraient parfaitement en résonance avec l’abbaye qui a constitué de ce fait un très bel écrin.

- Proposer de l’art contemporain dans un site patrimonial a-t-il favorisé sa découverte à de nouveau public qui y avait peu ou pas accès ?
L’abbaye accueille 15 000 visiteurs par an. C’est une fréquentation appréciable pour un centre d’art en périphérie. Et ce sont des visiteurs qui reviennent. Nous menons des actions hors les murs, en faisant intervenir des artistes auprès de publics qui n’ont pas accès à l’art contemporain, dans les prisons, les hôpitaux, les établissements scolaires. La sensibilisation à l’art contemporain est une de nos missions. Nous allons aménager un bâtiment et pourrons accueillir des artistes en résidence à partir de 2020 ; mais ils n’exposeront pas forcément.

- Pouvez-vous nous en dire plus sur le prochain artiste exposé ?
Après Hicham Berrada, dont nous avons pu prolonger l’exposition jusqu’au 24 juin 2018 ; des travaux prévus dans les salles ayant été différés, le prochain artiste invité est Patrick Neu (du 15 septembre 2018 au 17 mars 2019). Ses installations constituées de petites sculptures sont en lien avec le patrimoine et l’histoire religieuse. Il utilise le noir de fumée pour reproduire des œuvres de Jérôme Bosch, d’Holbein ou de Rubens sur des plaques de verre ou des verres à pied en cristal. Pour Maubuisson, il va aussi tisser un voile en cheveux, réaliser une maquette en 3D de la salle du chapitre qu’il va remplir d’abeilles pour produire du miel. Il va également utiliser des ailes d’abeille pour réaliser une camisole de force et proposer une armure en cristal réalisée aux Cristalleries de Saint-Louis où il travaille par ailleurs. Un travail de labeur, de collecte, ascétique, encore parfaitement en lien avec la philosophie de nos expositions.

Interview réalisé par Catherine Rigollet, le 22 janvier 2018.

Visuels : Portrait d’Isabelle Gabach, Michel Jourdheuil (2016). Visuels des artistes (sélection des expositions de 2002 à 2018), courtesy Abbaye de Maubuisson.

Isabelle Gabach, dir. adjointe Abbaye Maubuisson Agrandir l'image

François-Daireaux-Goodbye Agrandir l'image

ORLAN-Unions mixtes Agrandir l'image

Jan-Kopp-La-Courbe-de-la-ritournelle Agrandir l'image

Emmanuelle-Villard-Artifici-Finti Agrandir l'image

Vincent-Lamouroux-Néguentropie Agrandir l'image

Koichi-Kurita-Mille-terres Agrandir l'image

Ken-Julia-Yonetani-Un-autre-rêve Agrandir l'image

Regis-Perray-L'abbaye-fleurie Agrandir l'image

Stephane-Thidet-Desert Agrandir l'image

Hicham-Berrada-74803-jours Agrandir l'image


http://www.valdoise.fr/2013-l-abbaye-de-maubuisson.htm
 
- Exposition en cours :
Hicham Berrada, "74 803 jours".
Du 8 octobre 2017 au 24 juin 2018
 
Entrée gratuite
Ouverture tous les jours sauf le mardi, 13h-18h,
les samedis, dimanches et jours fériés, 14h-18h.
Fermeture 25 décembre, 1er janvier et 1er mai,
ainsi qu’entre deux expositions.
Tél. 01 34 64 36 10