L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Le site des meilleures expositions à Paris, en France et en Europe et des portraits d’artistes
spacer

Jean-Marie Périer. Souvenirs d’avenir

Monter vers le Toit de la Grande Arche s’apparente ces jours-ci à un voyage enchanté dans le temps, vers ces années soixante et soixante-dix aux couleurs éclatantes et aux promesses de jeunesse éternelle… L’exposition « Souvenirs d’avenir » du photographe Jean-Marie Périer (né en 1940) déploie plus de 300 photos, dont un tiers d’inédites, dans les 1200 m2 de l’espace culturel du Toit. Ces photos, pour la plupart d’entre elles devenues iconiques, ont donc bénéficié de grands tirages sur des panneaux qui découpent l’espace comme des monuments post-baby boom parmi lesquels le visiteur se promène, sourire aux lèvres et nostalgie au cœur face à tant de fraîcheur et de de temps retrouvé… Une nostalgie comme un bain de jouvence. Jean-Marie Périer explique le titre « Souvenirs d’avenir » très simplement : « C’est une époque où je n’avais que des projets ». Son principal regret est de ne pas avoir photographié Sinatra. Mais, comme il le dit : « Il ne collait pas vraiment avec « Salut Les Copains » ! »
En ces temps-là, où la jeunesse s’impose comme une force vive et triomphante tout en inquiétant quelque peu les aînés, le jeune photographe travaille pour le mensuel à la mode « Salut Les Copains », issu d’une émission de radio éponyme et lancé en juillet 1962 par Daniel Filipacchi, mentor de Périer, et Frank Ténot. Il a toute liberté pour photographier les idoles naissantes, ces « yéyés » qui deviennent ses compagnons de jeu et de pose. Jean-Marie a peu ou prou le même âge qu’eux et ils lui font confiance pour les mettre en scène en toute circonstance. « Toutes les photos sont mises en scène, insiste J.-M. Périer pendant la visite de l’exposition. C’était du spectacle ! À part avec Bob Dylan dont je ne comprenais rien de ce qu’il me disait ! » Un Dylan qui, de toute façon, n’a jamais vraiment été un garçon docile…
Pourtant, le manque de spontanéité ne choque pas, tant ces images, tirées alors à des millions d’exemplaires pour le magazine et les posters des chambres d’ados qui fantasmaient et s’émancipaient, symbolisent au plus haut point ces années-là comme un film déroulant ses scènes et ses personnages de France en Amérique en passant par Londres. Tous les yéyés sont là, dans leur éclatante jeunesse désinvolte, mais aussi Delon au faîte de sa beauté ou Steve McQueen pas mal non plus, les Beatles et les Rolling Stones aux prémices de leur renommée planétaire, James Brown et Chuck Berry, « maîtres étalons » de leur style musical… Pour qui a baigné dans ces chansons ou dans ces films, ce voyage parmi des idoles devenues des légendes, en partie par l’entremise de telles photos, procure tout simplement un moment rare de plaisir et d’émotion. Et quel amusement d’essayer de reconnaître chacun des artistes sur la photo des « 46 », prise pour « Salut Les Copains » en 1966 ! Périer insiste à juste titre sur le côté populaire de son art et de son exposition, égratignant les cuistres au passage, car il fait partie de ceux qui ont inventé la culture pop en France. Mais ça, il ne le dit pas. Par modestie ? Il aura pratiqué en quelque sorte la ligne claire en photographie comme d’autres l’ont fait en bande dessinée.
La dernière partie de l’exposition revient sur les années quatre-vingt-dix du photographe dans le monde de la mode après un passage d’une quinzaine d’années par le film publicitaire. Là aussi, les couturiers et les mannequins les plus célèbres de l’époque se sont offerts à l’objectif de Périer dans des poses drôles ou excentriques. Si les clichés gardent la « patte » Périer, on ressent peut-être plus dans cette série les artifices de la mise en scène, le manque de naturel. Mais, trente ans après, la jeunesse n’était déjà plus la même…
Jean-Michel Masqué
Visuels : Sylvie Vartan et Johnny Hallyday au Brésil. Françoise Hardy. Stones-Mick-Jagger-la-pomme. © Jean-Marie Périer.

Du 15 janvier au 3 mars 2019
Toit de la Grande Arche
1, parvis de La Défense
Tous les jours de 10h à 19h (dernière montée à 18h30)
Plein tarif : 15 € (expo + visite du Toit)
Tél. 01 40 90 52 20
www.lagrandearche.fr
 
- Jean-Marie Périer raconte sur scène l’histoire de nombre de ses photos dans un spectacle qu’il donne lundi 28 janvier (20h) au Théâtre du Rond-Point (www.theatredurondpoint.fr), « Flashback ».