L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Le site des meilleures expositions à Paris, en France et en Europe et des portraits d’artistes
spacer

L’art brut, trésor du LaM

Successeur du Musée d’art moderne Lille Métropole, fermé depuis quatre ans pour des travaux de rénovation et d’extension, le LaM, Lille Métropole Musée d’art moderne, d’art contemporain et d’art brut a rouvert ses portes au public le 25 septembre 2010. Avec ce nom à rallonge, le LaM veut sans doute exprimer toute la valeur des trois collections permanentes (art moderne, art contemporain, art brut) au cœur d’une grande métropole, carrefour majeur de l’Europe du Nord. Situé à Villeneuve d’Asq, la « ville nouvelle » de l’agglomération, donc relativement loin du centre-ville et des gares lillois, le LaM est posé dans un environnement presque champêtre, renforcé par le vaste périmètre dans lequel le musée et son parc se déploient. De l’entrée ouest d’ailleurs, où est installé le parking, rien ne transpire de l’extension moderne de l’architecte Manuelle Gautrand, très respectueuse du bâtiment originel de Roland Simounet qu’elle épouse avec grâce, exemple presque parfait de deux architectures bien accordées. En revanche, l’œil n’échappe pas aux grandes sculptures (Calder, Deacon, Dodeigne, Lipchitz, Picasso, Roulland) du parc complètement réaménagé pour une circulation plus fluide, une flânerie.
Outre les impressionnantes collections d’art moderne et contemporain, qui offrent déjà un vaste panorama de l’art des XXe et XXIe siècles, le trésor du LaM serait plutôt du côté de l’extraordinaire collection d’art brut, donation de l’association L’Aracine, unique en son genre en France, sinon en Europe. Un choc émotionnel devant tant de fulgurances et d’énigmes. Cette collection est d’ailleurs à l’origine du projet d’extension qui a transformé le musée ces dernières années. En effet, la greffe architecturale de Manuelle Gautrand, sous la forme d’un bras qui enserre l’ancien bâtiment sans l’étouffer, terminé de cinq doigts, abrite cette incroyable collection d’art brut. L’originalité du nouveau bâtiment réside aussi dans la façade vitrée, percée d’ouvertures découpées comme des « moucharabieh », ultime filtre protégeant la fragilité des œuvres. Certes, la circulation dans ce vaste espace (4000 m2 d’exposition) reste encore à apprivoiser pour en comprendre l’articulation, les coins et recoins. Une invitation à prendre son temps, à se perdre pour mieux admirer...
Jean-Michel Masqué
Visuel page expo : Pascal-Désir Maisonneuve, La Reine Victoria, n. d. Acquisition réalisée en 2003 avec le soutien du FRAM (État / Conseil régional Nord Pas de Calais). LaM, Villeneuve d’Ascq. Photo : Philip Bernard © DR.

LaM. Villeneuve d’Ascq (Lille)
Tél. 03 20 19 68 88
www.musee-lam.fr
- Catalogue LaM collections, coédition avec Hazan, 256 pages, 15€.