Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos en France > Archives expo en France > Lartigue l’émerveillé > Lartigue l’émerveillé

Lartigue l’émerveillé

dimanche 25 novembre 2012

Du 24 novembre 2012 au 26 mai 2013
Expo hors les murs du Jeu de Paume
Château de Tours
25 avenue André Malraux – 37000 Tours
Du mardi au vendredi de 14h à 18h
samedi et dimanche 14h15 à 18h
Entrée : 3 €
Tél. : 02 47 70 88 46
www.tours.fr

Pendant 80 ans, Jacques Henri Lartigue (1894-1986) a pris des milliers d’instants fugitifs, pour les retenir avant tout, avant de nous en montrer la beauté. “Depuis que je suis petit, j’ai une espèce de maladie : toutes les choses qui m’émerveillent s’en vont sans que ma mémoire les garde suffisamment”, constate Lartigue dans son journal de l’année 1965. Émerveillement et mémoire qui flanche, il n’en faut pas plus à cet amoureux de la vie pour la passer à photographier. La photographie, Lartigue l’a apprise au contact de son père qui lui offre son premier appareil photographique, une chambre 13 x 18 en bois, à l’âge de 8 ans, en 1902. Dès lors, il n’a de cesse de fixer sur la pellicule sa vie d’enfant rythmée par les voyages en automobile, les vacances en famille et surtout par les inventions de son frère aîné surnommé Zissou. Les deux frères sont passionnés par l’automobile, l’aviation et tous les sports alors en plein essor. Jacques les enregistre grâce à son appareil photographique. Il continuera adulte à fréquenter les manifestations sportives et à pratiquer lui-même quelques sports réservés à l’élite : ski, patinage, tennis, golf... Il va aussi se découvrir un sujet de fascination, les femmes, particulièrement les élégantes. Sensible à la beauté des femmes, il collectionnera les flirts avant de rencontrer Bibi, puis Renée et enfin Florette qui restera sa compagne pendant près de cinquante ans. Il voyage, rencontre des artistes, se lance même dans la peinture par plaisir...et nécessité financière. Il expose ses tableaux, tout en continuant à photographier. C’est d’ailleurs ce qu’il sait faire de mieux, même si ses portraits de Van Dongen, Sacha Guitry ou Marlène Dietrich remportent un grand succès. L’exposition du musée du Jeu de Paume, organisée hors les murs au Château de Tours présente, en grands formats, plus de 100 photographies qui ont contribué à construire la célébrité de Lartigue. Elles ont été choisies dans les 135 grands albums qu’il a mis en page et légendés (un journal en images qui couvre le XXe siècle avec ses 14 423 pages), et sont complétées par des citations extraites de son journal et une sélection de fac-similés de documents (albums, agendas illustrés de croquis, journal manuscrit, plaques négatives et positives), permettant d’approcher au plus près la démarche de ce fou de photos.

Visuel : Bibi au restaurant d’Eden Roc, Cap d’Antibes, 1920, Jacques Henri Lartigue. Plaque autochrome stéréoscopique. Format 6 x 13 cm. © Ministère de la Culture-France/AAJHL