L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Le site des meilleures expositions à Paris, en France et en Europe et des portraits d’artistes
spacer

Les Fables de La Fontaine, illustrées par Chagall

C’est au célèbre marchand d’art Ambroise Vollard que l’on doit l’illustration des Fables de La Fontaine par Chagall. Pourquoi Chagall ? « précisément en raison des sources orientales du fabuliste » expliqua Vollard qui défendit son choix face aux critiques virulentes dénonçant le choix d’un artiste russe d’origine juive pour illustrer un chef-d’œuvre de la langue française, rappelant que le chant imagé des mots des Fables inspirées des écrits du grec Ésope, évoque le croisement de l’Orient et de l’Occident. Et quel meilleur artiste que Chagall pour nous faire passer du monde réel à celui du rêve ?
S’inspirant de sa culture russe et de la richesse des paysages français, bercé par la voix de sa femme Bella lui lisant à haute voix les Fables, Chagall va livrer sa vision onirique et personnelle des écrits du poète moraliste. Une vision en couleurs, rompant avec le style des deux artistes qui ont dominé l’illustration des Fables de La Fontaine au XIXe siècle, Grandville et Gustave Doré.
Au préalable, Chagall exécute, entre 1926 et 1927, une centaine de gouaches, exposées à la galerie Bernheim-Jeune en 1930. L’intensité de leurs couleurs vives est remarquable, comme ce somptueux violet de L’Aigle et l’Escarbot ; ces arbres rouges et jaunes de Les Loups et les Brebis ; ce Lion amoureux aux couleurs de l’arc-en-ciel comme la basse-cour de La Perdrix et les Coqs. Les cuivres seront gravés entre 1927 et 1930, les tirages des eaux-fortes exécutés par Louis Fort, puis Maurice Potin.
L‘édition de l’ouvrage ne verra pas le jour du vivant d’Ambroise Vollard qui meurt en 1939. C’est l’éditeur Tériade, que Chagall a rencontré en 1926, qui reprend le projet et édite l’ouvrage en deux volumes aux Éditions Verve, en 1952. Face à l’univers foisonnant de Chagall, quel plaisir de (re)lire ces 64 Fables de La Fontaine (choisies sur les 143...par Chagall et Vollard d’un commun accord ? On ne sait pas). On se retrouve plongé dans les vallons verdoyants auvergnats, les ciels voilés de Bretagne, la lumière chaude du midi…dans des compositions parsemées de pittoresques motifs de l’imagerie populaire russe, comme dans Le Pot de terre et Le Pot de fer avec cette barrière blanche et cette isba peinte en rouge. Et comme toujours chez Chagall, les personnages et les animaux volent.
Réalisé en collaboration avec le Comité Marc Chagall, ce coffret comporte une soixantaine de gouaches, accompagnées pour la première fois de leurs gravures. Il est complété d’un livret relatant l’histoire du projet par Ambre Gauthier, une des spécialistes de l’artiste. Une belle idée de cadeau pour les fêtes.
Catherine Rigollet

Préface Ambre Gauthier
Ed. Hazan
Relié sous coffret + livret
22 x 32 cm.
252 p.
130 illust.
Publié le 16 octobre 2019
35€