Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos à Paris > Archives expo à Paris > Baselitz sculpteur > Baselitz sculpteur

Baselitz sculpteur

mardi 4 octobre 2011

Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris
Du 30 septembre 2011 au 29 janvier 2012
11, avenue du Président Wilson - 75116 Paris
Ouvert du mardi au dimanche, de 10h à 18h
Nocturne le jeudi jusqu’à 22h
Tarif plein : 9€
Tél. 01 53 67 40 00
www.mam.paris.fr

En avril 2010, la galerie Thaddaeus Ropac exposait des œuvres récentes de Georg Baselitz, dont deux sculptures monumentales Volk Ding Zero et Dunklung Nachtung Amung Ding. Le face à face avec ces personnages surdimensionnés, taillés à la hache et à la tronçonneuse, chaussés de talons hauts, agressivement sexués, était déjà insolite et questionnait sur leur sens et leur référence : entre Penseur de Rodin ou Christ aux Outrages. Aujourd’hui, le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris présente une quarantaine de sculptures en bois peint (figures debout, têtes monumentales et autoportraits), exécutées entre 1979 et 2010.
Une rétrospective donc, qui montre le cheminement de Baselitz, né Hans Georg Kern en 1938 à Deutschbaselitz, ville de Saxe à laquelle il empruntera son nom d’artiste. Comme dans sa première sculpture Modell für eine Skulptur, 1979, figurant à la Biennale de Venise en 1980 et qui fit scandale car sujette à de fausses interprétations, Baselitz poursuit son refus de toute élégance et le traitement brut et agressif qu’il fait subir à ses œuvres. Exprimant une réaction viscérale aux tragédies humaines en général et aux traumatismes de l’histoire allemande en particulier. Influencé par l’Art brut, l’art populaire, par les dessins et les écrits d’Antonin Artaud, par la sculpture africaine.
Dans l’exposition, en contrepoint des sculptures, plusieurs peintures et œuvres sur papier éclairent la cohérence d’une oeuvre évocatrice, néo-expressionniste et criante. On y retrouve son monde à l’envers, comme la métaphore d’une impossible continuité de l’histoire.

Georg Baselitz est très présent sur la scène internationale depuis le début des années 1960. Le Solomon R. Guggenheim Museum de New York a présenté en 1995 la première grande rétrospective de son œuvre, que l’on a pu voir ensuite au Los Angeles County Museum, au Hirshhorn Museum and Sculpture Garden de Washington, à la Neue Nationalgalerie de Berlin et enfin, en 1996-1997, au Musée d’art moderne de la Ville de Paris. En 2007, la Royal Academy of Arts de Londres a organisé une autre grande rétrospective, et de novembre 2009 à mars 2010, deux musées de Baden-Baden, le Museum Frieder Burda et la Staatliche Kunsthalle ont salué respectivement « Cinquante ans de peinture » et « Trente ans de sculpture » de Georg Baselitz.

C.R