Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos à Paris > Archives expo à Paris > Maori. Leurs trésors ont une âme > Maori. Leurs trésors ont une âme

Maori. Leurs trésors ont une âme

jeudi 6 octobre 2011

Maori, leurs trésors ont une âme
Du 4 octobre 2011 au 22 janvier 2012
Quai Branly - Paris
Tous les jours, sauf lundi
De 11h à 19h mardi, mercredi, dimanche
De 11h à 21h jeudi, vendredi et samedi
www.quaibranly.fr

 

 

Voilà une exposition aussi passionnante qu’impressionnante, par la symbolique, la force et beauté des œuvres présentées, la sélection rigoureuse et l’élégance de leur mise en scène, la pertinence du propos sur la culture maori vue par les Maori, hors des modèles occidentaux. Sculptures, proues de pirogues, panneaux sculptés de maisons communautaires tribales, élégants pendentifs en jade, instruments de musique, parures, tatouages, mais aussi photographies, œuvres contemporaines qui évitent la tentation folklorique et vidéos, éclairent l’histoire politique et la culture maori, du VIIIè siècle à nos jours. Épris de liberté et d’indépendance, vigilants sur la protection de leur environnement, les Maori sont aussi liés de manière indéfectible et symbolique à leur passé et à leurs ancêtres. Tous les objets ancestraux sont des trésors (taonga) pour les Maori. Ils ont une âme et sont porteurs d’une énergie vitale (mana). Dès l’entrée, le visiteur est invité à toucher l’un de ces trésors, un énorme jade de Nouvelle Zélande, pierre appréciée des Maori pour sa force, sa beauté, sa longévité, ses liens avec les ancêtres. L’exposition met en évidence l’inter-relation entre toutes choses, animées ou inanimées, ainsi que les relations entre le temps, l’espace et les générations. Elle raconte comment les Maori originaires de Polynésie orientale ont traversé l’Océan Pacifique sur leurs canots à voile pour s’installer en Nouvelle-Zélande. Un large espace très documenté est consacré à l’art du tatouage traditionnel (Ta moko) qui consiste à inciser et colorer la peau pour former des motifs révélant l’identité culturelle et le rang de celui/celle qui les porte. Un focus important est fait sur l’histoire récente des Maori : leur Marche pour la Terre en 1975, afin de protester contre la perte continuelle de leur territoire, les revendications des femmes qui perdirent de leur centralité avec la colonisation et le christianisme, les combats pour la protection de l’environnement, notamment l’eau et la forêt. L’ensemble du parcours témoigne de l’identité intacte que les Maori ont su maintenir, de la force et de la vitalité de leur culture. Ce Tino rangatiratanga, ou contrôle des Maori sur toute chose maori. Une expression devenue synonyme de leur lutte pour le contrôle de leurs ressources et de leur destinée.

Catherine Rigollet