Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos en France > Archives expo en France > Marigny, ministre des arts > Le naturel exalté. Marigny, ministre des arts au château de Menars

Le naturel exalté. Marigny, ministre des arts au château de Menars

mardi 29 mai 2012

Le naturel exalté. Marigny, ministre des arts au château de Menars
Du 30 juin au 16 septembre 2012
Espace Expo 41
Rue de la Voûte-du-Château, 41 000 Blois
Tous les jours de 14h à 18h
Entrée libre
Tél. 02 54 58 89 07

- Catalogue, éditions Silvana Editoriale, 28€

www.culture41.fr

Abel-François Poisson de Vandières, marquis de Marigny et seigneur de Menars (1727-1781), frère cadet de la marquise de Pompadour, hérite au décès de celle-ci, en 1764, du château de Menars près de Blois. Il continuera l’embellissement de cette demeure, agrandira ses jardins des bords de la Loire, y aménageant un Jardin anglais et un Désert. L’exposition de cet été à Blois autour de Marigny aborde l’homme privé, gestionnaire attentif de ses biens, mais aussi l’homme public qui fut Directeur général des Bâtiments du Roi de 1751 jusqu’à sa démission en juillet 1773. Elle s’ordonne autour du fonds exceptionnel de dessins - certains annotés par Marigny - détenu aux archives départementales de Loir-et-Cher. Les 85 dessins présentés présentés pour la première fois concernent l’aménagement des jardins du château de Menars : des projets de fabriques, de tentes, de kiosques, de belvédères chinois, certains dus à Michel-Barthélemy Hazon, François-Louis Trouard ou Charles de Wailly et aussi des plans du château et des élévations intérieures pour l’aménagement du salon d’hiver de cette demeure. Le parc de Ménars, après 20 ans de travaux, présentait une synthèse des différents types de jardins qui se développèrent en France, comme ce fut le cas pour le château voisin de Chanteloup dont il ne reste plus que la pyramide chinoise voulue par le duc de Choiseul. Le marquis de Marigny, par ses fonctions équivalentes à celle d’un ministre de la Culture, cheville ouvrière de la politique des arts du roi, s’entoura de l’architecte Soufflot, de l’abbé Le Blanc, du graveur Cochin, du peintre et directeur de l’académie de France à Rome : Natoire. Passionné d’architecture, il supervisa les chantiers de l’église Sainte-Geneviève (actuel Panthéon), du Théâtre-Français (l’Odéon), l’aménagement de la place Louis XV (la Concorde), passe la commande de la série des Ports de France à Joseph Vernet et d’un salon de tapisserie des Gobelins créé entre 1757 et 1759 pour son hôtel de fonction à Paris, acquiert pour lui-même L’Accordée de village de Greuze, autant d’éclairages sur lesquels porte cette exposition, la première consacrée à ce grand ministre passionné des arts. Le château de Menars et ses jardins ne se visitent pas. Cette très belle exposition s’accompagne d’un catalogue scientifique remarquable, éclairant la carrière de l’homme public et l’existence du propriétaire privé.

Gilles Kraemer

Visuel : Charles-Joseph Natoire, Vue du Campo Vaccino et du mont Palatin. Pierre noire, lavis gris et brun, aquarelle avec rehauts de gouache et reprises à la sanguine musée Bonnat-Helleu (legs Petithory), Bayonne photographie : RMN. Michèle Bellot