Partenariat et publicité Liens utiles Contact La rédaction Suivre la vie du site RSS 2.0 Logo FaceBook Logo Twitter
L'agora des arts - Des expositions à paris, en france et à l'étranger

Accueil > Expos à Paris > Archives expo à Paris > Michel Macréau et Anselme Boix-Vives > Michel Macréau et Anselme Boix-Vives à la Halle Saint-Pierre

Michel Macréau et Anselme Boix-Vives à la Halle Saint-Pierre

mercredi 3 décembre 2008

Exposition :
Du 23 mars au 21 août 2009 pour A. Boix-Vives
Et jusqu’au 28 août 2009 pour M. Macreau.
Halle Saint Pierre
2 rue Ronsard - 75018
Tél. 01 42 58 72 89
Horaires : tous les jours, de 10h à 18h
www.hallesaintpierre.org<span

Un jour, dans une librairie parisienne, Macréau tombe en arrêt devant deux livres, l’un sur Matisse l’autre sur Picasso. Ne pouvant en acheter qu’un seul, il choisit Matisse et, le jour même, décide de devenir peintre et se forme pour. Peignant sur tout les supports possibles, draps, sacs postaux, murs de la ville (bien avant la mode du tag et du graffiti), Macréau a abandonné l’usage du pinceau dès 1959, préférant travailler directement avec les tubes de peintures, auxquels il lui arrive d’adapter une paille pour pouvoir dessiner comme avec une seringue. Utilisant le support comme un vieux mur, il peint surtout des corps et des visages, faisant appel à une abondance de symboles élémentaires. Son oeuvre anti-conventionnelle inscrit la peinture dans le champ de l’écriture et du dessin, s’affirme par la complexité d’une figuration apparemment malhabile et la qualité picturale des lignes sobres qui jouent avec l’espace du tableau. Une peinture graphique à la fois brutale et tendre, sous-tendue par une angoisse presque palpable issue d’une enfance malmenée et d’une vie de bohème. Son œuvre a déjà fait l’objet de plusieurs rétrospectives et expositions.

Enfant, Anselme Boix-Vives est gardien de troupeaux avant de devenir marchand de légumes en Haute-Savoie. En 1962 sa vie familiale vacille et il se « plonge » dans la peinture comme une thérapie à ses souffrances morales et physiques. Cette nouvelle vie durera exactement sept années. En sept années de création intense, il va produire une oeuvre riche de plus de 2 400 dessins et gouaches « ripolin », transposition primitive et généreuse de son « Plan de paix » rédigé en quatre manifestes utopistes. Classé volontiers dans l’art brut, Boix-Vives a créé une œuvre originale issues de ses illuminations et de son rêve d’une société universelle, un art d’instinct tout en couleurs et en émotions.

Deux artistes à découvrir d’urgence.

Catherine Rigollet